Le Palais du Tau >

Les salles du Cantique des cantiques et des gargouilles

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

Les salles du Cantique des cantiques et des gargouilles

Le Cantique des cantiques, hymne à l'amour spirituel et artistique, les statues d'Abraham et d'Aaron, la maquette de la cathédrale idéale par Viollet-le-Duc.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le palais de l'hymne à l'amour
La Salle du Cantique des Cantiques présente 4 pièces de broderie exécutées au 17e siècle à Paris. Ces oeuvres de laine et de soie confectionnées à l'aiguille illustrent un livre biblique : Le Cantique des cantiques.
Une suite de chants d'amour alternés entre une femme et un homme qui prennent à témoin les éléments de la nature. L'un des livres les plus poétiques de l'Ancien Testament.
Le Cantique des cantiques nous ouvre les portes d'un jardin peuplé de fleurs et d'animaux exotiques, d'aromates aphrodisiaques, de fruits et de vin parfumé en guise d'eau des rivières. Un Eden sans péché qui éveille les sens et les excite ! Ecoutons nos deux amoureux :
Lui  : Que tu es belle, mon amie, que tu es belle !
Tes yeux sont des colombes.
Elle  : Que tu es beau, mon bien-aimé, que tu es aimable !
Notre lit, c'est la verdure.
Lui : Les solives de nos maisons sont des cèdres,
Nos lambris sont des cyprès.
Elle : Je suis un narcisse de Saron,
Un lis des vallées.
Lui : Comme un lis au milieu des épines,
Telle est mon amie parmi les jeunes filles.
Elle : Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt,
Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes !
Cet hymne à l'amour absolu a bien sûr inspiré les artistes. Parmi eux, Marc Chagall et... Alain Bashung ! La voix du chanteur nous accompagne dans la salle des gargouilles...
Attardons-nous devant les deux grandes statues de l'entrée : le patriarche Abraham et le grand prêtre Aaron !
Ces statues, réalisées sans doute vers le début du 13e siècle, sont les plus anciennes de la cathédrale. Elles proviennent du portail gauche de la façade principale. Elles ont été remplacées par des moulages en pierre reconstituée.
Regardez ! Abraham s'apprête à sacrifier son fils Isaac tandis qu'Aaron immole un agneau dont le sang a été recueilli dans un calice.
Le sacrifice d'Abraham se retrouve aussi dans les vitraux de la cathédrale créés par le peintre Marc Chagall !
Retour haut de page