Le Palais du Tau >

La salle du festin

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

La salle du festin

Les pouvoirs de l'archevêque, le sacre et le festin du roi, Clovis sur les tapisseries : ses crapauds et son baptistère.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La salle du Tau alias la salle du festin
Avec son apparat, la salle du Tau appelée aussi la salle du festin, met en scène plusieurs pouvoirs :
Le pouvoir archiépiscopal
Au Moyen Age, l'archevêque est investi par le roi des droits comtaux sur la cité. Il bat la monnaie, lève les impôts, rend la justice, rassemble les hommes pour le service militaire.
L'archevêque a aussi la responsabilité de l'enseignement. Après sa fondation en 1548, l'université organise ici les cérémonies de rentrées et les remises des diplômes.
Le pouvoir royal
La salle du festin devient glorieuse à l'heure des sacres des rois de France !
Patrick Demouy, professeur du Moyen Age à l'Université de Reims, nous fait revivre l'évènement :
Quand le roi vient à Reims pour son sacre, il est l'hôte de l'archevêque qui lui doit le droit de gîte. C'est donc au palais du Tau qu'il dort une partie de la nuit, car une autre partie, il la passe en prières dans la cathédrale. De bon matin, le jour du sacre, il se rend dans la grande église. 5 à 6 heures de cérémonie qui se termine vers midi par le festin !
Nous sommes dans la salle pour le grand moment !
Le festin du sacre n'est pas un banquet ordinaire. C'est pratiquement une liturgie. Le roi avec sa tenue de sacre, couronne en tête, est entouré des 12 pairs de France comme des 12 apôtres, mais aussi comme les grands vassaux qui entourerait un roi Arthur. C'est un repas mystique. C'est un repas aussi de vassaux, de chevaliers. Ce qui explique que les dames n'y sont pas conviées, et elles regardent depuis une tribune.
Et en fin d'après-midi : la cavalcade ! Le monarque dans toute sa splendeur se montre à son peuple !
Les tapisseries de la salle représentent un roi célèbre : Clovis ! Marie-Odile Vesselle, guide conférencière à l'Office du Tourisme de Reims nous décrit les tapisseries du 15e siècle en face des fenêtres :
Dans la salle du festin, deux grandes tapisseries évoquent des batailles célèbres de Clovis, dont la bataille de Soissons avec des personnages habillés façon 15e siècle. Et Clovis avec une couronne sur la tête qui tient un drapeau avec 3 crapauds.
Pourquoi des crapauds ?
Les fleurs de lys apparaissent vers le 12e siècle. Les crapauds que nous voyons sur les tapisseries représentent les croyances païennes de Clovis, avant son baptême.
Et ces crapauds ressemblent à... des fleurs de lys stylisées !
Et les tapisseries autour de la cheminée ?
Les tapisseries du 17e siècle représentent la demande en mariage et le mariage de Clovis et Clotilde, et la tapisserie à droite de la cheminée représente le baptême de Clovis qui a eu lieu après son mariage.
Anachronisme ! Le baptistère de Clovis à la taille d'une cuve. En réalité, il mesurait 3 mètres sur 3 car on y baptisait les adultes... à plusieurs !
Retour haut de page