Le Palais du Tau >

La salle du couronnement de la Vierge

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

La salle du couronnement de la Vierge

Les tapisseries de la Vierge Marie, la tapisserie de l'Annonciation, focus sur la Nativité, les 6 statues de rois, le gâble du couronnement de La Vierge.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les tapisseries de La Vierge
En 1530, l'archevêque de Reims Robert de Lenoncourt offre 17 tapisseries pour orner et réchauffer le choeur des chanoines de la cathédrale.
La plupart doivent surmonter les stalles des chanoines les jours de fêtes, particulièrement celles dédiées à la Vierge, car toutes ces oeuvres racontent l'histoire de Marie.
Benoît-Henry Papounaud, administrateur du palais de Tau et des Tours de la Cathédrale de Reims, nous attend devant la tapisserie de l'Annonciation. Véritable BD avant l'heure, la tapisserie se regarde mais aussi... se lit !
Elle a une composition avec une scène centrale en fait sous une architecture assez riche qui est frappée des armes du donateur. Tout autour on retrouve des scènes bibliques qui sont identifiées. En tout les cas, les personnages sont identifiés par des inscriptions latines. Et puis on a, en bas de la tapisserie, un cartouche en français pour permettre au spectateur de bien comprendre à l'époque ce que représentait la scène.
Exercez-vous à déchiffrer dans le cartouche la légende en ancien français, et amusez-vous à retrouver Robert de Lenoncourt dans la Nativité !
Non content d'avoir fait représenter ses armoiries sur l'encadrement d'architecture, l'archevêque Lenoncourt s'est fait représenté lui-même en priant, en occupant quasiment la place de Saint Joseph qui lui est rejeté à l'arrière de la composition.
Les 6 statues masculines qui nous dominent garnissaient autrefois les contreforts des deux bras du transept.
Toutes représentent des rois. Pas des têtes couronnées précises, mais plutôt des figures génériques du pouvoir, des symboles de la légitimité royale transmise de génération en génération.
Au milieu du mur gauche, la statue d'un roi de France identifiée ou plutôt attribuée : Philippe-Auguste avec son visage volontaire et victorieux !
Et le gable original du couronnement de la Vierge !
Il s'agit du gable du portail central de la cathédrale de Reims, donc évidemment une pièce tout à fait majeure, qui a été remplacée en 1955 par une copie sculptée donc sur la cathédrale. Alors quand on est face à ce gable, on voit sa couleur extrêmement sombre qui est à la fois noire et puis par certains endroits, rosée, qui atteste justement de la violence de l'incendie de 1914 qui a particulièrement endommagé la sculpture.
Ce gable à la fois monumental et aérien, pèse... 24 tonnes !
Il montre la Vierge qui trône dans les nuées. La lune est à ses pieds et le Christ la couronne au milieu d'anges et de séraphins.
Retour haut de page