Le Palais du Tau >

La salle Charles X

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

La salle Charles X

Le sacre de Charles 10, son règne sous la Restauration, les tableaux de Gérard, les costumes, la cathédrale pendule.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le dernier sacre à Reims
Cher amis, Quel plaisir de vous accueillir dans la salle qui m'est consacré au palais du Tau ! Dans consacré, il y a le mot sacre. Moi, Charles 10, le 29 mai 1825, je clos la longue série du couronnement des rois de France à Reims et je suis le dernier des Bourbons à monter sur le trône !
Patrick Demouy, professeur du Moyen Age à l'Université de Reims, nous en dit plus :
Charles 10 a été sacré à Reims 50 ans après son frère aîné Louis 16. Il voulait renouer avec la royauté sacrée de l'Ancien Régime. Son autre frère Louis 18 avait finalement renoncé au sacre, peut-être pour des raisons de santé.
Charles 10 reprend la parole :
Charles 10 : J'ai succédé à mon frère Louis 18 pendant la Restauration, période de l'Histoire de France comprise entre la chute du Premier Empire et la Révolution des 3 Glorieuses, en juillet 1830. Regardez au-dessus de la cheminée, mon portrait réalisé par François Gérard. Reconnaissez que j'ai fière allure dans mon costume d'apparat ! En face des fenêtres au-dessus des tabards, une autre oeuvre de Gérard... Rapprochez-vous !
Ce tableau montre l'hommage des pairs de France lors du sacre de Charles 10 à la cathédrale de Reims. On entre dans la toile, et on s'invite à la cérémonie ?!
L'invité : Oh, le Duc d'Orléans !
L'invitée : Où ?...
L'invité : Mais là devant, le futur Louis-Philippe !... Reconnaissable avec ses favoris !
L'invitée : Et à droite, les maréchaux d'Empire tout de rouge vêtus !
L'invité : Ce sont des décorateurs d'opéra qui ont transformé la cathédrale en théâtre à la gloire de la monarchie !
L'invitée : On dit que parmi les invités, Victor Hugo en arrivant se serait écrié : " Où est ma loge ? " !
L'invité : Et Chateaubriand, sensible aux vieilles pierres, regrette la grande église dépouillée ! C'est vrai qu'on a du mal à reconnaître l'édifice sous le décor ! Le tableau de Gérard permet de voir en situation les costumes conservés dans les vitrines.
Le manteau du dauphin, le fils aîné du roi. De facture plus simple que celui de Charles 10...
Tout est relatif !
...Il recouvrait l'habit lamé brodé d'or du dauphin !
En face, les tabards des hérauts d'armes ! Des tabards sont des sortes de chasubles courtes en forme de croix. Ici, ils arborent les armes de France avec leurs bâtons fleurdelisés !
Enfin, aux murs, les éléments du carrosse du sacre aux initiales de Charles 10 !
Vous avez-vous Notre-Dame de Reims en miniature ?... Non, ce n'est pas une maquette, mais... la pendule à la cathédrale ! Un garde-temps très en vogue au 19e siècle !
Retour haut de page