Canal de Brest à Nantes - de l'île aux Pies à Guenrouët >

Les Bellions

Version mobile

Les Bellions

Les Bellions - écluse N° 17. Le canal quitte la Vilaine pour filer vers Nantes...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les Bellions - écluse N° 17.
Le canal quitte la Vilaine pour filer vers Nantes...
De Redon à Fégréac, le canal longe la Vilaine. Derrière les arbres du halage passent les mâtures des grands vaisseaux portés par le courant ou tractés par le remorqueur à vapeur. Certains navires ont décidément trop de mal à franchir le " tour de peine ", cette boucle si difficile de la rivière...
Les chalands, eux, poursuivent leur route à l'abri des marées. Les équipages se croisent et se donnent des nouvelles du niveau de l'eau, qui baisse avec l'été et menace le trafic des bateaux trop chargés.
En donnant de la corne à l'écluse des Bellions, Yann s'exclame :
Plus que 88 kilomètres avant Nantes, les enfants !
Le capitaine de l'Aurore prend un moment pour discuter avec Iffic, l'éclusier, un ancien marin qu'avait croisé Yann autrefois. Tandis qu'ils renouent leurs souvenirs autour d'un verre de Muscadet, passent deux Jacquets.
Où se trouve la chapelle s'il vous plaît ?
Iffig répond, en faisant le signe de croix :
A quelques pas, après les chênes, en longeant le canal, vous ne pouvez pas vous tromper...
Merci l'ami, nous dirons une prière pour toi...
Ils sont de plus en plus nombreux à passer par ici. Sauf les plus riches, bien sûr, qui embarquent au quai de Saint-Jacques, à Redon, et se font déposer directement en Gironde. Ils gagnent un sacré morceau du chemin, va ! Il y a même des Anglais avec eux...
Intrigué, Pierrick suit les marcheurs jusqu'à l'oratoire. Une statue de Saint-Jacques, qui semble aussi plus vieille que le monde, veille dans la chapelle au sol de terre battue.
Tu sais ce que viennent de nous raconter des religieux, à Redon, petit ? Saint-Jacques en personne serait passé par ici alors qu'il cherchait un lieu pour s'installer. Il a suivi la marée, qui venait comme une vague, avant, jusqu'à Rieux... Il aurait aimé s'établir aux Bellions mais les habitants l'ont pris pour un mendiant et l'ont chassé. Alors il a continué jusqu'à Redon. Pour se faire pardonner, les gens du coin ont construit cette chapelle sur la butte de Fégréac !
Les marcheurs reprennent leur route et Pierrick rejoint le chaland où Yann finit de charger les légumes du jardin d'Iffic, échangés contre quelques morceaux de bois pour l'hiver.
L'éclusier les encourage :
Plus que seize écluses avant l'arrivée... Courage !
Nous nous arrêterons passer une soirée avec toi au retour, sans faute !
Dans la ligne droite qui suit, le canal quitte le marais. Il entrera peu à peu dans un autre pays, plat lui aussi, où les maisons empruntent au sol les couleurs du calcaire. Déjà, les lumières sont plus " sud ". Et dans l'accent des mariniers, chante le soleil de Loire. Des buses veillent sur le halage tandis que l'Aurore, lentement, poursuit son voyage vers le Levant.
Retour haut de page