Quimperlé >

Rue Dom Morice

Version mobile
English Deutsch

Rue Dom Morice

Vous avez sous les yeux deux beaux spécimens de l'architecture en pan de bois à Quimperlé

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans la rue Dom Morice. Face aux maisons des numéros 7 et 9.
B. O Edward's Scissorhands plage 1 musique enchantée
Vous avez sous les yeux deux beaux spécimens de l'architecture en pan de bois à Quimperlé allant du 15e au 17e siècle.
Mais pourquoi construit-on en pan de bois à cette époque-là ?
Tout d'abord parce que les forêts abondent aux alentours. De plus, la construction de telles maisons est simple, peu coûteuse et très rapide !
Techniquement, le pan de bois relève d'un judicieux jeu d'assemblage de poteaux. Aucun n'est disposé au hasard et tous jouent un rôle dans la consolidation de l'ensemble !
Autrefois, toutes ces maisons étaient colorées. La couleur servait de repère à ces logements qui n'avaient pas de numéro ! .>
Vous voyez à droite, au numéro 9 ?
C'est la plus ancienne des maisons à pan de bois de Quimperlé. Vous avez remarqué ? Elle est toute de guingois ! Elle a conservé l'une de ses caractéristiques d'origine : une parcelle étroite et profonde ainsi qu'une façade en pignon
C'est-à-dire que la partie supérieure du mur est en triangle.
Cette maison ne possède qu'un étage, mais au cours des siècles, le nombre d'habitant augmente ainsi les demeures en pan de bois gagnent en hauteur.
Vous voyez l'encorbellement très prononcé de cette maison ?
L'encorbellement, c'est-à-dire l'avancée des étages sur la rue par rapport au rez-de-chaussée, sert avant tout à l'équilibre de l'ensemble selon le système du porte-à-faux.
Dès leur origine, on accuse les encorbellements de favoriser la propagation des incendies. Plusieurs édits royaux obligent les propriétaires à crépir ou à recouvrir d'ardoises leur façade, mais il faut attendre les grandes " brûleries " du 18e siècle pour que ces précautions soient réellement appliquées. C'est ainsi que peu à peu, les encorbellements vont se réduire jusqu'à disparaître...
Cette maison modeste abrite probablement une échoppe au 15e siècle. Et si elle ne recherche pas l'effet esthétique, il en est tout autrement de sa voisine de gauche !
B. O Edward's Scissorhands plage 1
... la maison au numéro 7
Bâtie au milieu du 16e siècle, on l'appelle la " Maison des Archers "
Pourquoi ?
Parce qu'autrefois la rue Dom Morice s'appelait la rue Saint Sébastien. " Archer " rappelle le martyr de Sébastien mort sous les flèches ! .>
Cette résidence de notable a fière allure. Elle s'élève sur quatre niveaux et occupe plusieurs parcelles. La maison des archers correspond à un nouvel art de vivre qui demande davantage de confort, des pièces d'apparat baignées par le plus de lumière possible.
Sur la façade où l'on soigne le décor, s'alternent poteaux en forme de croix de Saint André ou en forme de brin de fougères, appelée encore épis.
B. O Edward's Scissorhands plage 2
La rue Dom Morice est hantée par de nombreux personnages sculptés
Amusez-vous à trouver un charmant petit homme en bragou braz
C'est-à-dire portant un pantalon bouffant breton !
Sur une autre maison se trouvent deux têtes d'homme. Elles rappellent peut-être un Africain ou un Indien et faisant référence au mythe de l'homme sauvage.
Bien souvent, ces sculptures donnaient une indication sur le propriétaire, sa profession ou encore ses croyances !
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page