Quimperlé >

Les Ursulines

Version mobile
English Deutsch

Les Ursulines

La construction du couvent des Ursulines s'étend du 17e au 19e siècle. Malgré tout ce temps, l'ensemble possède une unité architecturale remarquable.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la chapelle des Ursulines. Face à l'entrée, au niveau du portail.
Chant sacré voix féminines
La construction du couvent des Ursulines s'étend du 17e au 19e siècle. Malgré tout ce temps, l'ensemble possède une unité architecturale remarquable.
Observez la gauche du bâtiment. Vous voyez les toits ?
On les nomme... à la Mansart ! Pourquoi ?... Parce que François Mansart aurait inventé les toits brisés qui laissent des pièces habitables appelées... mansardes ! Avec ses larges corniches et ces hauts toits à l'ordonnance très classique, la composition de l'ensemble se montre volontairement symétrique et rigoureuse.
Regardez à présent face à vous
La façade monumentale de la chapelle est de style Jésuite caractérisé entre autres par ces 2 grands ailerons à spirales qui relient les 2 niveaux.
Contrairement au cloître situé à l'arrière du couvent, la chapelle est tournée vers la ville. Cette situation est volontaire. Elle affirme la place de la foi catholique et rappelle l'implication des Soeurs des Ursulines dans la vie quotidienne.
Mais qui sont ces fameuses Ursulines ? L'une d'entre elles écrit les grandes étapes de cet ordre religieux :
Plume qui gratte le papier...
L'ordre des Ursulines s'installe un peu partout en France au 17e siècle afin d'appliquer les principes stricts de la contre-réforme catholique. Les Soeurs accueillent des jeunes filles nobles ou roturières bénéficiant d'un solide enseignement moral et religieux. Les novices issues de milieux plus populaires reçoivent un savoir plutôt... ménager !
Au 17e siècle, les Ursulines arrivent à Quimperlé
Notre ordre est tout d'abord très mal accueilli. Nous nous installons d'abord en Basse Ville. Suite à un incendie, notre mère supérieure décide d'acheter une ferme un peu à l'écart de la ville au bel Air, à l'emplacement toujours actuel du couvent.
Le chant révolutionnaire : Ah ça ira, ça ira !
Lors de la Révolution française, les Ursulines sont emprisonnées ou exilées. Une fois le calme revenu, les Soeurs rachètent à bas prix notre couvent vendu comme bien national. Elles y demeurent jusqu'en 1907 quand la séparation de l'Eglise et de l'Etat sous la 3e République les chasse à nouveau.
L'introduction entraînante de Je chante de Charles Trénet
Le couvent devient alors une Ecole Primaire Supérieure de filles, permettant d'accéder aux Ecoles Normales. Pendant quelques années, les jeunes filles affluent de partout dans cet établissement à la réputation excellente qui forme de nombreuses institutrices du Finistère.
Intro Lily Marlène par Marlène Dietrich
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la tourmente s'empare de l'ancien couvent. Les troupes allemandes l'occupent, la gestapo torture des résistants dans les sous sols : c'est la sinistre prison du bel-Air.
Le chant sacré reprend...
Aujourd'hui, les temps sont devenus beaucoup plus cléments pour le couvent des Ursulines. D'avril à fin septembre, lors des expositions d'art contemporain organisées par la ville, n'hésitez pas à visiter la chapelle pour admirer sa voûte lambrissé et peinte de la période Louis XIV restaurée à la feuille d'or et... au blanc d'oeuf !
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page