Puy-Saint-André >

Le Four-Les moulins

Version mobile
English Italien

Le Four-Les moulins

Un petit musée avec une exposition axée sur la vie d'autrefois et le site très particulier des moulins de Sachas

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le four banal de Puy-Chalvin est un modeste bâtiment allongé situé à côté de la fontaine, au coeur du hameau. Récemment restauré, Il propose un petit musée avec une exposition axée sur la vie d'autrefois et le site très particulier des moulins de Sachas.
Autrefois nombreux en raison de l'abondance des torrents et des rivières, les moulins du Briançonnais ont pour beaucoup disparu. Il s'agissait de moulins à farine, à gruau et à huile de noix, qui utilisaient des roues horizontales et étaient le plus souvent de mécanisme simple, sans engrenage, ni frein, ni débrayage.
Habituellement chaque village possédait son moulin mais à Puy-Saint-André, l'organisation s'est faite autrement. Pour que tous puissent profiter du site le plus propice, le torrent de Sachas, on a organisé sur le cours d'eau quatre moulins en cascades, le torrent faisant tourner successivement les roues les unes après les autres.
Ce site, aujourd'hui ruiné, constitue, avec cet ensemble de quatre moulins disposés en série sur le même canal d'amenée, un exemple rare et de grand intérêt pour l'histoire des techniques. Les meules encore sur place sont en matériau trouvés dans les torrents en amont. On trouve également une meule en pierre meulière assemblée, comme il s'en exportait massivement depuis l'Ile-de-France à partir du milieu du 19e siècle.
C'est aussi un exemple remarquable de meunerie collective : bien situé par rapport aux lieux de récolte et dans une section du torrent facilement accessible, il servait de moulin collectif pour plusieurs hameaux ou communes.
Chaque famille venait à son tour moudre son grain et pendant quatre à six semaines le moulin tournait jour et nuit.
La farine se conservant mal, la cuisson suivait de près la mouture et le four banal prenait alors la relève et chauffait en continu, les fournées se succédant les unes aux autres dans un esprit d'économie du bois.
Retour haut de page