Puy-Saint-André >

Réserve des Partias

Version mobile
English Italien

Réserve des Partias

S'étendant sur 685 ha entre 1600 et 2940 m d'altitude, la réserve naturelle régionale des Partias a été créée en 2009

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
S'étendant sur 685 ha entre 1600 et 2940 m d'altitude, la réserve naturelle régionale des Partias a été créée en 2009, à la suite de la volonté de la commune de Puy-Saint-André de faire reconnaître l'importance de ce site.
En effet, le contexte géologique et climatique, l'étagement en altitude et l'absence de grands aménagements perturbants font des Partias un territoire au patrimoine floristique et faunistique d'une grande richesse et un biotope idéal pour la conservation de la biodiversité et la protection des milieux naturels. 
Cette réserve, qui couvre les étages montagnard, subalpin, alpin et arrive en limite du nival, présente l'ensemble des milieux naturels correspondants : forêts de mélèze, prairies montagnardes, landes et pelouses alpines et subalpines, tourbières de montagne, éboulis et falaises.
Cet environnement préservé constitue une zone refuge importante pour les oiseaux montagnards, dont on a recensé 97 espèces, pour les mammifères mais aussi pour les espèces végétales. Plus de 400 ont été répertoriées dans la réserve dont certaines sont rares et menacées.
Attendez-vous donc à rencontrer, au détour du chemin, le Monticole de roche ou l'Hermine, le Chamois ou la belle Ancolie des Alpes...
Pour assurer la sauvegarde de ce patrimoine et maintenir la biodiversité du site, une co-gestion, impliquant la commune de Puy-Saint-André et la LPO PACA (ligue de protection des oiseaux), a été mise en place, en concertation avec les acteurs locaux.
La réserve naturelle régionale des Partias est également le lieu de nombreuses activités : pastoralisme, randonnée pédestre, VTT, escalade, ski de randonnée, raquettes, chasse et exploitation forestière. L'enjeu est donc de concilier préservation de cet exceptionnel vallon et maintien des activités humaines.
Retour haut de page