Prendre un bol d'eau, un bol d'air ou un bol d'art : à Pougues-les-Eaux on ne manque pas de re-sources


Revigorée par la bonne humeur des Pouguois.

Cécile Mathy

Pougues-les-Eaux : balade aux sources du thermalisme

Version mobile
  • La Nationale 7

    1. La Nationale ...

  • Le pavillon des sources

    2. Le pavillon d...

  • Les loisirs du parc thermal

    3. Les loisirs d...

  • Le Parc Saint Léger, centre d'art contemporain

    4. Le Parc Saint...

  • Terrasse Bellevue

    5. Terrasse Bell...

  • La bibliothèque Paul et Lyda Faucher

    6. La bibliothè...

  • Le lavoir du Crot Galop

    7. Le lavoir du ...

x

Balade aux sources du thermalisme

Ça y est, vous êtes prêts pour le départ en vacances ? Vous partez de Paris ? Et si vous empruntiez l'ancienne Nationale 7 pour descendre au sud ? Vous pourriez faire escale à un peu plus de 200 km, à Pougues-les-Eaux, village-étape de la Nièvre, pour jouer au casino et plonger aux sources du thermalisme.

C'est une histoire d'eau. Une eau miraculeuse capable de soigner. Un élixir prisé depuis des siècles par les grands de ce monde, de Jules César à Catherine de Médicis.
Elle a fait la richesse d'un village, sa gloire et son bonheur, au point

Incitations

Jeu de piste : saurez-vous retrouver les cinq lavoirs qui se cachent dans les rues de Pougues ? Ils ont chacun leur style.   
de lui donner son nom : Pougues-les-Eaux.
A Pougues, on vit de l'eau, on vit sur l'eau : d'innombrables nappes souterraines rejaillissent dans le parc thermal, sur les pentes du Mont Givre, ou simplement dans les puits des jardins.
A la Belle Epoque, le tout-Paris venait donc se ressourcer à Pougues.   
Les curistes étaient traités comme des rois. Leur verre de cristal à la main, ils pouvaient se laisser couler sur les eaux du lac, jouer au casino, goûter les produits locaux ou se balader au grand air en profitant d'une " Bellevue ".   
L'usine d'embouteillage, située dans le parc thermal, offrait à Pougues une renommée internationale. Aujourd'hui la manufacture est devenue un centre d'art contemporain, qui jouit de la même aura. Le monde de l'art s'y presse pour découvrir les talents de demain.   
Dans les années 1970, les curistes ont déserté Pougues, pas les automobilistes, ravis de pouvoir y faire étape pour se désaltérer sur la route des vacances, la fameuse Nationale 7.   
C'est une histoire d'eau, de joie de vivre et de patrimoine. N'en perdez pas une goutte.

[ Accès à la carte Accès à la carte ]

Le saviez vous ?

Le Centre d'Art de Pougues-les-Eaux est connu dans toute l'Europe, Simon Starling, lauréat du prix Turner en 2005 y est d'ailleurs venu.   
Version mobile
Retour haut de page

Photo de gauche : Le Pavillon des Sources
OT Pougues-les-Eaux