La Porte du Hainaut : Amandinois, Denaisis et Ostrevant >

La trouée d'Arenberg

Version mobile
Néerlandais

La trouée d'Arenberg

La trouée d'Arenberg est indissociable du Paris Roubaix.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La trouée d'Arenberg est indissociable du Paris Roubaix, l'une des courses cyclistes les plus mythiques qui date de 1896 ...
Son trajet qui s'étend sur plus de deux cent cinquante kilomètres, traverse tout le Nord !...
Imaginez. Un couple de passionnés attend les coureurs à la trouée d'Arenberg.
Elle : Tu vois, c'est là qu'on est le mieux ! La trouée d'Arenberg, pour moi c'est le meilleur moment de la course !...
Lui : C'est surtout le plus dangereux ! ...ils sont souvent humides ces pavés, et alors là, c'est la glissade assurée...
Elle : Oui mais ces pavés comme tu dis, ils ont quand même porté bonheur à de sacrés champions : Fausto Coppi, Louison Bobet et Eddy Merckx qui a gagné trois fois !...
Lui : Et Bernard Hinault, tu l'oublies ?...
Elle : C'est pas pour rien qu'on l'appelle " l'enfer du Nord " cette course-là !...
Lui : Moi, je préfère son autre nom " la reine des classiques ", ça a de la noblesse !...
Elle : Oh, attention, voilà les coureurs !... Avec les pavés et la forêt, c'est encore plus beau ! C'est comme un rodéo ou tout tremble !...
La bicyclette a toujours inspiré les poètes. Ici, c'est Pierre Lafitte alias Poedalus qui a écrit ces vers intitulés : vélocipédiste.
( voix masculine) Vélo gentil cheval à la rapide allure
Aux fins jarrets d'acier, à la fine encolure
Je t'aime ô mon vélo qui va comme l'éclair !
Souvent, las du travail, je t'enfourche et fends l'air
Et je fuis les maisons, les bourgeois et la ville
Je t'aime, ô bicyclette, à ma main si docile
Qui, sans te fatiguer, va vers les plus hauts sommets
Et n'est jamais rétive, et ne bronche jamais !...
( voix feminine ) Chers amis, je suis heureuse de vous retrouver pour notre émission La mémoire des champions. Dans ce numéro spécial consacré au Paris Roubaix, nous avons rencontré le célèbre coureur cycliste Jean Stablinski qui, a été, entre autres victoires, Champion du monde sur route et 4 fois champion de France !...
C'est lui qui a découvert la trouée d'Arenberg qu'on appelait alors la Drève des Boules d' Hérin . Il s'est confié à nos micros. Ecoutons-le.
" Eh bien le fameux bois d'Arenberg, c'est le poumon un peu des mineurs. Ils venaient s'oxygéner dans le bois. Venaient cueillir le muguet, les champignons en hiver. Vous savez, c'était leur fief. A la pêche, dans un grand lac ils venaient pêcher. Et moi, faut dire que je travaillais à ce moment-là à la mine, et c'est comme ça que j'ai découvert ces pavés. C'est un chemin droit. Une ligne droite en pavés. Et donc de là à penser qu'un jour Paris-Roubaix passerait, peut-être pas... Et finalement, quand je travaillais à la mine. D'ailleurs, ma galerie elle passait sous le bois d'Arenberg. C'est comme ça que j'ai été aussi le premier à avoir passer en dessous et au-dessus. Le premier et le seul !... Et bon, comme Paris Roubaix cherchait des routes pavées, c'est comme ça finalement. On est venu faire un pèlerinage avec les organisateurs, et puis on a passé une première fois en 1968. C'était ma dernière année de course. C'est la première fois qu'on y est passé. Mais vous savez, ça été une très grande émotion pour moi de passer ce bois avec tous ces mineurs. C'était tous mes supporters. C'était quelque chose d'extraordinaire !... "
Jean Stablinski , si la trouée d'Arenberg était une fleur ?
Le muguet
Si elle était une couleur ?
La verdure
Une odeur ?
La senteur du bois, de la verdure, du lac à côté, des champignons...
Et un animal ?
Le chevreuil
Et enfin, si la trouée d'Arenberg était une course ?
Paris-Roubaix ...
Retour haut de page