Canal de Brest à Nantes - de Bon Repos à Pontivy >

Pontivy

Version mobile

Pontivy

Pontivy : Depuis 1000 ans, une " capitale ". Sous les créneaux du château, se croisent rivière et canal

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Pontivy : Depuis 1000 ans, une " capitale ".
Sous les créneaux du château, se croisent rivière et canal
Quand l'Aurore s'amarre sous les remparts de Pontivy, un marchand aborde Pierrick :

Vois Pontivy, petit... À la croisée du Blavet et du canal, une capitale !
Depuis l'arrivée du moine Ivy, au VIIème siècle, la ville au " pont " ne cessa de séduire, de prospérer et... d'attirer les convoitises.
Pas facile d'être une place forte, mon gars ! Depuis que les Rohan se sont établis ici, il y a presque mille ans, nous sommes aux premières loges quand il y a du grabuge... Le château a été assiégé tellement de fois... et nous avec ! Après que les Anglais aient détruit le premier Castel, les comtes l'ont reconstruit avec des douves et des murs épais de quinze pieds... Celui-là, pas un boulet ne l'a mis à terre, Ha, ha !
À l'abri de ses nouveaux remparts, la cité prospère dès le Moyen Age. Elle vit du commerce du fil, de la toile et des peaux tannées par les ouvriers du " faux bourg " d'Outreleau, de l'autre côté du Pont. Au XVIIème et au XVIIIème siècles, les marchands des quatre coins de Bretagne y croisent les agents de la Compagnie des Indes.
La fin de la compagnie des Indes nous a fait bien du tord, mais Napoléon nous a relevés !

Rue du Fil, Rue de la Cendre rappellent les fortunes passées, quand les toiles de Pontivy étaient expédiées jusqu'en Amérique. Pierrig, voyant ceux que l'on surnomme " les Moutons blancs " tout autour de lui, se demande :
-  Est-ce depuis que les hommes ont gardé ces vestes de drap blanc ? 
En 1895, quand le garçon découvre la ville, des bâtiments récents et de grandes artères tirées au cordeau jouxtent l'ancienne cité. Les nouvelles halles sont surmontées d'un théâtre... " A cheval sur les deux mers, Pontivy sera, par temps de paix, le centre d'un grand commerce, et par temps de guerre, un centre militaire " déclara Bonaparte en 1802.
Reconnaissant de l'enthousiasme des Pontiviens pour son autorité, et jugeant idéale sa position au centre de la péninsule, l'empereur fit de Pontivy son quartier général.
En quelques années, une ville neuve naissait sur les bords du Blavet. Un exemple de modernité, rebaptisé, en l'honneur de son bienfaiteur, " Napoléonville ".
En découvrant les perspectives impériales, les promenades aménagées, les écoles, les casernes, le lycée, le mousse s'exclame :
Napoléon n'a pas lésiné... C'est vrai !
Dans les ruelles redescendant vers le Blavet, il croise un enfant courant comme un fou, une balle de peau serrée contre lui. A ses trousses, une bande de garnements. Une Mam Goz sourit :
La soule...
Alors qu'il s'apprête à larguer les amarres, Yann interpelle Pierrick :

Tu as remarqué que certains, ici, ne parlent pas breton ? Nous arrivons à la frontière du pays Gallo. Bientôt, tu auras du mal à te faire entendre avec ton Breizhoneg !
Retour haut de page