Poitiers quartier Montierneuf >

Place de la Liberté

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

Place de la Liberté

Cette place est chargée d'histoire et l'histoire de son nom est beaucoup plus complexe que ne le laisse penser la présence de cette statue de la Liberté.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place de la Liberté, tranquillement installé sur un banc, face à la statue....
... la statue de la Liberté ou plutôt une copie de la célèbre statue new-yorkaise. Cette place est chargée d'histoire et l'histoire de son nom est beaucoup plus complexe que ne le laisse penser la présence de cette statue.
Voix d'homme
Je m'appelle Jean-Baptiste " Breton ", mais on m'appelle le général " Berton ". J'ai participé brillamment aux plus grandes batailles napoléoniennes, Austerlitz ou Iéna mais la Restauration et le retour des royalistes m'ont mis à la retraite.
Comme beaucoup de fidèles de l'empereur, le général Berton ne supporte pas le rétablissement de la monarchie.
Voix d'homme
En 1822, j'ai pris la tête de 150 soldats pour marcher sur Saumur et mettre fin au règne des imposteurs. Et c'est un ami, un scélérat, en vérité, qui m'a trahi et livré à eux !
Quelques mois plus tard, le général Berton est exécuté sur cette place, mais son dernier cri jeté depuis l'échafaud restera dans la mémoire des Poitevins :
Voix d'homme
Vive la Liberté !
Et c'est en son honneur qu'on baptise cette place, des dizaines d'années après, place de la Liberté.
La statue vient franchement après puisqu'elle n'a été installée qu'en 1903.
Sophie Bozier est guide-conférencière à Poitiers. Elle nous raconte l'histoire de cette place bien plus ancienne que cette angoissante guillotine qu'elle accueille au 19ème siècle.
Au moins à l'époque d'Aliénor, on l'appelle la place du marché neuf et c'est un marché neuf qui va persister assez longtemps puis la place va prendre le nom beaucoup plus inquiétant de place du Pilori et ça, c'est à partir de la fin du 14ème siècle. On va donc ériger un pilori auquel pourront être exposés les criminels ou les fauteurs de trouble divers.
Le flou demeure jusqu'à la Révolution française qui fait donc de cette place le lieu des exécutions. Une trentaine de personnes perdent ici la tête, pendant la Terreur en particulier. Presque 30 ans après, le général Berton est d'ailleurs le dernier des guillotinés de Poitiers.
Cette petite place aujourd'hui très appréciée des étudiants mérite aussi un regard circulaire.
Oui, il y a un ensemble de très belles demeures essentiellement du 17ème et du 18ème plutôt en pierre, y compris dans des maisons très remaniées, mais c'est vrai qu'il faut prendre le temps de regarder les demeures dont certaines ont également des parties qui datent du 16ème siècle.
En passant derrière la statue, jetez un oeil à la citation gravée sur le socle dans laquelle Montesquieu réclame les lois les plus sûres dans les jugements criminels.
Voix de femme
" Quand l'innocence des citoyens n'est pas assurée, la liberté ne l'est pas non plus. "
Enfin, en parcourant la place, vous remarquerez peut-être deux voies dont les noms n'ont pas été choisis par hasard !
La rue Berton rend hommage au général guillotiné, et la rue Sylvain Drault à son courageux avocat !
Bien. Partons maintenant à la découverte de l'ancien palais des comtes du Poitou-ducs d'Aquitaine. Quand vous faîtes face à la statue de la Liberté, dirigez-vous sur la droite, et prenez la rue des Flageolles qui remonte vers le centre. Suivez-la jusqu'à Notre-Dame-la-Grande, que vous laissez à votre gauche. Continuez tout droit dans la rue du marché Notre-Dame jusqu'à atteindre, à droite, la rue des Cordeliers. Un petit square vous indiquera la présence du palais des comtes du Poitou-ducs d'Aquitaine. Nous vous y attendons.
Merci de continuer votre visite. A bientôt !
Retour haut de page