Pekin >

Le Palais d'été

Version mobile

Le Palais d'été

C'est en 1751 que l'impératrice Qianlong fait construire cette merveille pour faire plaisir à sa maman.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les révolutions ont du bon : elles permettent au peuple de profiter des splendeurs construites pour les rois et les empereurs. Ainsi, vous pouvez faire votre jogging matinal dans le parc du château de Versailles, ou vous promenez un soir de Juillet dans le parc du Palais d'été à Pékin, bercé par un concert de cigales chinoises.
Quel magnifique site naturel que ce parc de 290 hectares avec sa colline, son lac, ses ponts romantique, ses îles, et ses paysages. Naturel ? Absolument pas, tout est artificiel et composé pour le bon plaisir des empereurs. Ainsi, la colline est constituée de la terre creusée pour créer le lac.
C'est en 1751 que l'impératrice Qianlong fait construire cette merveille pour faire plaisir à sa maman. Pour finir, c'est la terrible Cixi, la dernière impératrice, qui l'habitera jusqu'en 1908.
Vous savez chaque année, les empereurs quittaient la cité interdite pour le Palais d'été pour 6 mois d'Avril à Octobre.
Guide officielle de la cité interdite.
Cet exode se fait en bateau sur plusieurs jours par un réseau de canaux et de lacs que l'on devine en contemplant une carte de Pékin.
Cixi se fait d'ailleurs construire un bateau en marbre. Bon, on vous rassure, il était destiné à recevoir ministres et délégations étrangères et pas à naviguer : le marbre n'étant pas réputé pour sa flottaison. Vous pouvez toujours admirer l'embarcation qui est devenue le symbole de l'immobilisme de l'impératrice, qui conduira à la chute de l'empire chinois.
Tout près du bateau, il y a cette merveilleuse galerie couverte, longue de plus de 700 m, et qui comporte pas moins de 14 000 peintures. Magnifique !
Il y a bien sûr tous les palais à admirer avec cette pléiade de noms bucoliques : le palais de la bienveillance et de la longévité, le palais des nuages ordonnés, le pavillon de la mer de la parfaite sagesse, le palais des vagues de jade sans oublier le pavillon pour écouter le champ du rossignol.
Et puis, il y a tous ces ponts dont celui aux 17 arches dont la légende dit qu'il aurait été construit en mémoire d'un eunuque qui aurait sauvé Pékin de la sécheresse.
Profitez du calme de l'endroit en vous promenant au gré des allées mais attention à ne pas croiser le fantôme de la terrible Cixi dans une de ces fameuses colères.
Retour haut de page