Pekin >

La Cité Interdite de Pékin

Version mobile

La Cité Interdite de Pékin

A part les membres de la Cour impériale, personne ne peut y entrer, ni même y poser les yeux.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Imaginez-vous au coeur de l'un des plus grand palais du monde ! Il doit abriter le Fils des dieux... A part les membres de la Cour impériale, personne ne peut y entrer, ni même y poser les yeux... C'est pourquoi on l'a appelé la Cité Interdite ! Pendant 5 siècles, 24 empereurs s'y succèderont sur 2 dynasties, les Ming et les Qing. [tsing] (1. Musique glorieuse)
Sa construction nécessite les efforts de plusieurs centaines de milliers d'hommes pendant 14 ans. Ils bâtissent une véritable ville dans la ville. L'empereur, sa famille et le reste de la cour - pas moins de 6 000 personnes !- restent complètement isolés du monde. Une enceinte de 3,5km de long les protègent ! (2. Musique de Cour)
Aujourd'hui, c'est par la grande porte sud Tian'anmen que le visiteur y pénètre. Sur les côtés se déploient les logements occupés à l'époque impériale par les mandarins, les lettrés et les très nombreuses concubines de l'empereur... L'axe central se divise en deux. La partie sud, appelée Cour extérieure, est le coeur administratif du pays tout entier. Quand à la partie nord, la Cour Intérieure, elle est réservée à la vie personnelle de l'empereur et de sa famille. On y trouve de nombreux palais, un grand jardin et plusieurs lacs !!! (3. Musique d'ambiance, assez triomphale) Mais la Cité Interdite a été très souvent rénovée depuis sa construction : comme toute son architecture est en bois, elle n'a pas échappé aux terribles et fréquents incendies ! (4. bruitage feu, incendie)
En 1911 le dernier empereur est obligé d'abdiquer face à la révolution populaire. Mais les nouvelles autorités l'obligent à rester totalement enfermé dans la Cité Interdite jusqu'à sa mort, 13 ans plus tard... L'année suivante, une partie est enfin ouverte au peuple, transformée pour l'occasion en musée. (5. Musique traditionnelle)
Karine GIORDANA.
Retour haut de page