Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

Senonches

Version mobile
English

Senonches

C'est une forêt domaniale qui s'étend sur plus de 4200 hectares. L'une des plus importantes de France, la plus grande du département d'Eure et Loir.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à l'entrée de Senonches, à la lisière de la forêt.
C'est une forêt domaniale qui s'étend sur plus de 4200 hectares. L'une des plus importantes de France, la plus grande du département d'Eure et Loir.
A l'époque gauloise et gallo-romaine, tout le Perche était couvert de forêts de chêne et de hêtres essentiellement. Imaginez tout ce qu'on pouvait fabriquer grâce aux ressources locales, dont celles de la forêt...
Par exemple, il y a ici de l'eau, du sable et du bois...>
C'était essentiel au Moyen Age pour installer en pleine forêt une verrerie : ainsi à Haron, à quelques kilomètres d'ici. L'installation est connue pour avoir travaillé pour l'oeuvre de la cathédrale de Chartres et fourni au 15ème et 16eme siècle des vitraux de la cathédrale de Chartres.
La verrerie devait être immense comme l'attestent les plans de la forêt où elle est indiquée avec une allure de château !
La métallurgie est sans doute localement très ancienne. Les premiers hauts fourneaux ont été construits à la fin du 15ème siècle. > L'établissement le plus connu était celui de Dampierre sur Blévy. A Senonches même, il en existait 2 : à Senonches bourg et à Boussard. Cette métallurgie a décliné puis disparu au 19e siècle.
Bruit d'eau
Chut... surtout pas de bruit. Dans la forêt, on pêche aussi !
De nombreux étangs ont été créés ici pour les pêche.
Régulièrement jusque dans les années 60, les étangs étaient vidés pour récupérer des tonnes de poissons à la sortie des vannes. Facile !
Dans la forêt, on pêche et on ramasse les champignons.
Chut encore .... Vous savez bien qu'on ne dévoile jamais les bons endroits, là on trouve à coup sur des cèpes, mais aussi bien d'autres espèces...
Pourtant, avant le développement de l'automobile et le déplacement en nombre de promeneur en forêt, il était beaucoup plus facile de trouver des kilos de champignons.
Et comme s'en souvient l'Historien local Paul Alexandre :
" Mon père était bûcheron et ouvrier agricole, il laissait tomber le reste et allait au champignon parce que ça rapportait beaucoup plus. Il s'est offert tout le matériel pour faire le cidre au maximum en une semaine de cèpes. Il s'est acheté le grugeoir, le pressoir, les tonneaux. Et un oncle s'est payé une armoire normande en une journée de cèpes. Ca pouvait effectivement rapporter beaucoup, à condition de bien connaître la forêt et s'organiser aussi pour plus de rendement. C'était un gagne pain ! "

Les anciens de Senonches se souviennent des tas de cèpes vendus aux gardes forestiers ou chez les marchands.
Une dernière richesse encore de la région de Senonches : le grison, sorte de pierre formée de morceaux de silex agglomérés par un ciment contenant du fer, donc très dure.
Avec cette matière, les hommes ont construit ici de nombreux bâtiments et surtout l'église et le château.

La tour du clocher de l'église de Senonches est de la même époque. Elle aussi est construite en grison. Elle devait aussi servir de tour de gué.
Fin générique
Retour haut de page