Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

Rueil La Gadelière

Version mobile
English

Rueil La Gadelière

Le manoir de la Gadelière date du 16ème siècle

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant le manoir de la Gadelière
Il date du 16ème siècle. Avec l'Avre qui coule ici, c'était la frontière naturelle entre le duché de Normandie et le Thimerais.
Observez bien le manoir et vous verrez que de nombreux vestiges montrent que la bâtisse servait à se protéger d'un envahisseur.
On distingue ainsi les restes de la pile où s'appuyait à l'entrée d'une place, un pont levis. Les débris de cette tour ont comblé des fossés.
Aujourd'hui encore, il y de très puissants contreforts pour consolider la maison forte. Son donjon ne comprenait, à sa création, qu'une seule meurtrière. Les ouvertures actuelles n'ont été percées que vers 1870, pour les besoins de l'habitation. >
Tout près d'ici, à la Tourilière, un célèbre peintre a vécu.
Maurice de Vlaminck s'est installé dans le village en 1925. Il était déjà célèbre pour avoir fondé au début du 20ème siècle avec Matisse ce mouvement pictural qu'on a appelé le fauvisme. Il disait :
" Ce que je n'aurais pu faire dans la société qu'en jetant une bombe -ce qui m'aurait conduit à l'échafaud- j'ai tenté de le réaliser dans la peinture, en employant de pures couleurs sortant de leur tube. "
Mais après avoir rencontré Paul Cézanne en 1907, et connu ensuite l'horreur de la 1ère guerre mondiale, Maurice de Vlaminck change de style. Ses paysages deviennent tourmentés, sombres. Ses couleurs se font plus contrastées. Les bords de Seine et la capitale lui pèsent. Il veut s'isoler. >
" A mon avis, il cherchait à s'éloigner de Paris et il est tombé par hasard sur cette maison à l'écart des grandes villes ...Guy Naveau, l'ancien maire de Rueil la Gadelière :
... et en plus, de cette maison, il y a une vue intéressante sur ce qu'il peignait en priorité, c'est-à-dire les ciels. Il était très impressionné par la couleur du ciel à un certain moment de la journée. De son atelier, on voit ce ciel qui change avec l'éclairage du soleil. "
Le peintre habitait donc dans une longère reconnaissable aujourd'hui à sa petite tourelle carrée.
" On le voyait un petit peu. Il peignait beaucoup et il recevait des amis assez nombreux mais dans le village, il ne cherchait pas tellement à discuter avec les gens. Il a eu la chance d'avoir eu des revenus de sa peinture de son vivant, ce qui n'est pas toujours le cas. Et donc il avait de belles voitures et on le voyait passer de temps en temps. "
Vlaminck n'a pas vraiment peint le village de Rueil la Gadelière mais plutôt les alentours. Il recherchait toujours de grands panoramas et, encore et toujours plus de cieux.
" Je n'ai jamais rien demandé, la vie m'a tout donné. J'ai fait ce que j'ai pu, j'ai peint ce que j'ai vu "
<
Sur la place de la mairie, un buste du peintre a été installé. C'est Paul Belmondo, le père du célèbre acteur qui l'a réalisé. Il connaissait bien Vlaminck. Le peintre n'aura pas vu de son vivant l'hommage que la commune lui réservait....
(fin générique)
Bien. Continuons à présent notre découverte de la région.
Vous pouvez choisir maintenant le numéro du commentaire que vous souhaitez écouter. A bientôt !
Retour haut de page