Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

Les Etilleux

Version mobile
English

Les Etilleux

Aux Etilleux, ils se sont engagés à respecter l'environnement sur plus des deux-tiers des terres de la commune.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
PER2_07_01_X_XX
Nous sommes à la ferme de Pensard, face au village des Etilleux, qui doit, sans doute, son nom au tilleul que les anciens avaient l'habitude de cultiver.
Dans le Perche, les agriculteurs sont plus que jamais des amoureux de la nature. Aux Etilleux, ils se sont engagés à respecter l'environnement sur plus des deux-tiers des terres de la commune.

PER2_07_02_X_XX
Marie-Pierre Jeaunneau est agricultrice aux Etilleux. Chez elle, la ferme est très accueillante.
Avec ses associés ils ont pour principe de travailler dans un environnement accueillant. Ils nettoient les bâtiments d'exploitation après les travaux agricoles et d'élevage. C'est bien plus agréable de travailler dans un joli cadre, les animaux apprécient, et les visiteurs aussi ...
Mais le respect de l'environnement va encore plus loin pour Marie-Pierre Jeaunneau :
PER2_07_03_X_XX
"- Si vous mettez beaucoup d'engrais sur une plante, vous la déséquilibrez. Derrière, le risque c'est d'avoir une attaque de champignons qui va rendre cette plante malade. Donc si vous mettez moins d'engrais, elle va être moins productive, elle va être plus résistante.
Après vous avez les insectes : soit on passe avec un insecticide qui va détruire tout, soit on se dit qu'il va y avoir suffisamment d'auxilaires dans le champs c'est-à-dire des coccinelles, des syrphes, etc... pour éviter que les pucerons ne prennent trop d'importance.
- Et les cours d'eau dans le Perche ? Comment vous les protégez ?
- Et bien au lieu que ce soit une parcelle complète, on va mettre une bande herbée qui va faire 5 à 10 mètres de large. Dans le cas de pluies abondantes, ça va absorber une bonne partie de l'eau. Alors que si vous avez une terre nue, toute l'eau va ruisseler sur la surface de la terre et ça va entraîner cette terre dans la rivière. "
PER2_07_04_X_XX
Et ça ne plait pas du tout aux poissons qui ont du mal à respirer.
Mme Jeauneau explique qu'il existe également une autre technique, plus utilisée aux Etilleux, c'est la reconversion des terres arables, c'est-à-dire des cultures en prairies. Ca laisse plus d'espace aux vaches...
PER2_07_05_1_XX
Les agriculteurs ici protègent la nature aussi en entretenant les haies, parfois en les replantant.
Elles freinent le ruissellement des eaux et réduisent les inondations. Elles offrent un refuge pour le gibier, les oiseaux. Enfin, elles protégent aussi les cultures du mauvais temps.
On dit qu'une haie peut ralentir le vent sur une longueur équivalente à 15 à 20 fois sa hauteur !
Avec l'arrivée des tracteurs, on avait besoin de place pour faire passer les engins. Voila pourquoi les haies se sont faites plus rares. Aujourd'hui, on en replante.
Si vous voulez en savoir plus sur le bocage du Perche et le retour des haies dans le paysage, appuyez sur la touche Etoile.
PER3_07_05_X_01
Le paysage typique du Perche, c'est le bocage.
Il est constitué de nombreuses haies : des arbres et des arbustes qu'on trouve dans le paysage le long des champs et le long des routes.
Dans le passé, les haies servaient d'abord à délimiter les champs.
Les barbelés n'existaient pas encore ! Il fallait quand même bien retenir le troupeau et protéger les cultures.
Et puis avec les haies, on avait du bois pour faire du feu.
Certaines haies donnaient des fruits.
Attention ... tous ne se mangent pas. A votre avis, par exemple le sureau noir, ça se mange ?
Oui... on fait cuire les baies pour en faire de la confiture ou de l'eau de vie.
Très bien. Et le genévrier ?
Ca se boit ! Avec les baies, on fait de la liqueur.
Oui ... avec modération s'il vous plait.
Et le cerisier de Sainte-Lucie ?
Euh... pourquoi pas ?
Ah surtout pas ! Les graines sont toxiques. Mais le bois brûle très bien dans la cheminée.
PER2_07_06_X_XX
Dans le Perche, on trouve aussi beaucoup d'élevage. Ici aux Etilleux par exemple, vous verrez des vaches dans les champs. Ca va peut être vous rassurer : elles ne mangent pas n'importe quoi. Là aussi, on fait du bio. Les bêtes sont élevées à l'herbe et au foin. Des animaux qui donneront de la viande très saine.
A la grande joie des cuisiniers comme Jean-Pierre Martin, restaurateur à Thiron-Gardais.
" Franchement un poulet vendu par un petit producteur, il sera beaucoup plus ferme. Il va rester onctueux, il va avoir vraiment un autre goût.
Un oeuf par exemple ?
C'est frais. Le jaune est beaucoup plus dense et meilleur. Meilleur au goût.
Evidemment, maintenant, il faut savoir les travailler. Un cuisinier, s'il va le dorloter, il va l'arroser pendant sa cuisson, il va lui amener des produits forcément bons, des herbes, le poulet, il va être extraordinaire. "
PER2_07_07_X_XX
Hum ... ça donne faim.
Pour faire une pose pique-nique, vous trouverez chez les producteurs locaux : charcuterie de campagne, oeufs, foie gras, cidre, fromages frais... Si vous préférez vous mettre à table, les restaurateurs vous proposeront un menu du terroir à base de produits fermiers...
Retour haut de page