Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

Les Autels Villevillon

Version mobile
English

Les Autels Villevillon

Nous sommes devant l'église Notre Dame de Villevillon. L'une des plus anciennes du Perche.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'église Notre Dame de Villevillon. L'une des plus anciennes du Perche.
Regardez la croix sculptée à droite de la porte.
C'est une croix de consécration. Celle de gauche a disparu. Douze autres sont insérées dans les murs à l'intérieur de l'église.
L'évêque de Chartres les a bénies, certainement au 11ème siècle....
Cloche qui sonne et voix de l'évêque en ambiance
Que ton Nom sois béni, ô Seigneur Dieu Fais, nous t'en supplions, que dans ce lieu présentement mis à part pour ton service, ton saint Nom soit adoré... voix qui s'efface sous le commentaire
C'est en 1059 que l'église de Villevillon est donnée par le seigneur du lieu aux moines de l'abbaye des Saints Pères de Chartres. Ils la relèvent de ses ruines en s'appuyant sur l'ancien édifice. Il en reste quelques traces. Par exemple, le choeur est plus étroit que la nef. Il correspond à la première église antérieure à l'an mil. On voit encore les fenêtres primitives en grison.
Si vous faites le tour de l'église vous pourrez admirer la forme parfaite du chevet roman !
A l'intérieur de l'église, 15 statues en bois polychrome...
Elles étaient essentielles pour la piété populaire, très répandue dans le Perche depuis le 12ème siècle. Il y a notamment les grands saints de pèlerinage, Ste Anne, St Jacques, St Michel et surtout les Saint Guérisseurs comme St Fiacre, St Blaise et St Sébastien.

Denis Guillemin, responsable de la communication et de la culture au Parc Naturel Régional du Perche, à propos des saints guérisseurs du Perche :
" On leur demandait d'intercéder auprès du tout puissant pour différentes maladies. Pas forcément les siennes mais celles aussi de ses amis, de ses parents et de sa famille. Ca n'est pas parce qu'on avait soi même une rage de dent qu'on allait prier Ste Apolline mais pour prévenir les rages de dents des nourrissons ou autre personne qui pouvait en souffrir. "
Certains venaient prier de très loin un St Guérisseur...
" On ne parlait pas ou très peu ce jour là. En général, on était à jeun. On priait une grande partie de la journée. On posait des rubans sur les sculptures dont on gardait un morceau. Parfois, on les brulait 9 jours après. Et puis il y avait tout un rituel tactile. Certains touchaient les pieds de la sculpture, d'autres l'embrassaient. "...Au point que parfois, la peinture est complètement effacée sur le pied de certaines statues.
Aujourd'hui encore, le culte de St Fiacre est bien vivant à Villevillon. Le pèlerinage a lieu le dernier dimanche d'août. Il rassemble de nombreux pèlerins. Les fidèles allument des cierges près de la statue et demandent l'intercession de St Fiacre pour la guérison des maladies graves. A la fin de la messe a lieu la cérémonie d'imposition des évangiles, traditionnelle dans le Perche : les pèlerins qui le souhaitent s'avancent vers l'autel. Le prêtre les touche avec son étole et murmure un passage de l'évangile. C'est une sorte de bénédiction.
En 1967, lors d'une tempête, le clocher de Notre Dame de Villevillon est tombé. Pendant quatre ans, l'eau a coulé sur les murs.
Un bien pour un mal car l'humidité a fait tomber l'enduit et des peintures murales ont été mises au jour. L'une d'elle, le " Dit des trois Morts et des trois Vifs ", représente trois cavaliers interpellés par trois squelettes qui évoquent leur mort prochaine: <
"Tels que vous êtes, nous l'avons été. Tels que nous sommes, vous le serez".>
En 2001, les peintures ont été restaurées et le clocher en tuile de châtaignier a été réparé... notamment grace à la mobilisation des bénévoles de l'Association de Sauvegarde présidée aujourd'hui par Jean le Teinturier :
" Au bout de quatre ans, une équipe de bénévole du pays s'est mise au travail : les agriculteurs de la région avec l'aide d'un architecte, ils ont rétabli la toiture et le clocher... "
Cette église avait déjà été sauvée grâce à la mobilisation de la population ...
Elle est passée à travers les guerres de religion, y a eu la révolution où l'église a été protégée par les habitants, sa décoration intérieure n'a pas été détruite, les croix n'ont pas été détruites. Chaque fois qu'il s'est passé quelque chose, l'église a survécu quasiment par miracle. "
Au XVème siècle, après la guerre de 100 ans, de grands travaux avaient été entrepris. On a alors construit les baies flamboyantes, le portail de la Renaissance et la charpente en forme de vaisseau renversé.
N'hésitez pas à entrer dans cette église lors de son ouverture chaque premier dimanche après midi du mois, d'avril à octobre.
Retour haut de page