Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

La Croix du Perche

Version mobile
English

La Croix du Perche

L'église St Martin a été construite au 12ème siècle : c'est un petit prieuré de campagne

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à la Croix du Perche. Placez-vous devant l'église St Martin.
C'est un petit prieuré de campagne, avec une chapelle qui depuis l'origine a fait office d'église paroissiale.
Yves Guérin, le maire de la Croix du Perche :
C'est à la Croix du Perche que les moines de Thiron en bordure d'une grande forêt ont >construit une église romane comme ça se faisait dans ce temps avec un mur clocher à l'ouest, avec des matériaux du pays, des silex joints à la chaux et au sable et des contreforts en grison, cette pierre de grès compactée qu'on trouve partout sur nos églises. C'est un prieuré mais ça n'a jamais été un prieuré rattaché à l'abbaye de Thiron. Des moines l'ont animé jusqu'à la fin du 16ème siècle. Non pas comme une communauté monastique mais comme une communauté paroissiale. "
Les fidèles entraient déjà par cette porte principale. Les moines eux accédaient au choeur par une ouverture latérale. Si vous observez bien, on voit encore quatre croix de consécration dont deux de part et d'autre de cette entrée.
Mais la plus grande richesse de cette église est à l'intérieur.
L'Eglise St Martin de la Croix du Perche est surtout connue pour sa voûte en lambris de châtaignier.
Datée de 1537, cette voûte à charpente apparente ressemble à une coque de bateau renversée. Les 118 panneaux de châtaignier qui la composent sont entièrement peints. Qui l'a réalisée ? Qui l'a commandée ? C'est un mystère.
Denis Guillemin, responsable de la communication et de la culture à la Maison du Parc
" C'est parce que la pierre ne se trouvait pas en grande quantité dans le Perche, du moins elle était d'assez mauvaise qualité, qui ne se prêtaient pas forcément à la taille et encore moins à la sculpture. Quand on voulait la trouver en grande quantité, il fallait la commander, ce qui avait évidemment un coût que ne pouvaient pas se permettre les commanditaires locaux. On faisait avec le sous-sol local mais aussi les forêts. Le Perche était couvert de forêt et donc on allait chercher le bois là ou il se trouvait. Il existait un véritable art de la charpente dans le Perche. On a des voûtes en forme de carène de bateau renversée qui démontrent du savoir faire des charpentiers locaux.
Cette voûte montre bien qu'à l'époque de sa construction, on était à une époque charnière entre le Moyen Age et la Renaissance.
Par exemple, les motifs végétaux très présents sont typiquement gothiques. Les personnages aussi. On les imagine très bien sous le règne d'Henri III. La voûte de l'abside a aussi des airs très médiévaux avec les rayons du soleil et ses traits ondoyants et peu rectilignes.
Mais les caissons au sommet de la voute eux sont de forme géométrique avec des motifs empruntés à l'Antiquité gréco romaine. Un style qui sera fort prisé à la Renaissance. >
Dans l'église, jusqu'au milieu du XIXe il était encore possible de voir sur les murs les traces de fresques polychromes
Les moines les avaient réalisées pour rappeler la bataille de la Croix du Perche en 1589 entre Royalistes et Ligueurs.
On voit aussi les statues de Saints du 1er millénaire comme St Martin, St Claude et sa croix de Lorraine, St Nicolas.
Ici, les oeuvres ont pu retrouver leurs couleurs d'origine.
Un travail très minutieux selon Denis Guillemin, responsable de la communication et culture au Parc Naturel Régional du Perche. D'autant qu'il y a parfois plusieurs peintures au même endroit : >
" Est-ce que l'on revient à la peinture d'origine, celle du 16ème siècle par exemple ou celle du 17ème ou du 18ème siècle... Tout dépend de l'état effectivement. Ensuite, tout le travail reste à faire, c'est-à-dire avec une toute petite lame de chirurgien, on gratte écaille après écaille les différentes couches de polychromie successives pour arriver à celle que l'on veut mettre en valeur et que l'on souhaite restaurer. Par endroit, il est possible de procéder à de légères retouches pour que la peinture, la robe d'un personnage, la tête, le visage retrouvent une certaine cohérence. Mais dans tous les cas, les produits qui sont utilisés sont des produits réversibles. Du jour au lendemain, il est possible de revenir en arrière. Ca n'est pas définitif. "
En entrant dans l'église de la Croix du Perche, il faut voir aussi le christ en croix fixé sur la charpente. C'est ce qu'on appelle une poutre de gloire, typique des églises du Perche.
Retour haut de page