Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

Brou

Version mobile
English

Brou

Depuis le 12ème siècle, le marché se tient sur cette place. Il a longtemps été réputé pour ses volailles et ses oeufs. C'est à Brou que les cours de la viande étaient fixés pour la région.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Brou
Placez-vous devant les Halles.
C'est ici le coeur de la ville. >
Du début du 20ème siècle jusqu'à la guerre, on venait à Brou de très loin. Les occasions ne manquaient pas : la foire aux chevaux, les marchés aux céréales et aux tissus et surtout le marché aux veaux...
Bruits de vache
Ah... vous voulez voir mes veaux? A moins que vous vous intéressiez à ce qui y a au dessus nos têtes ? Ca date de 1846....
Pardon ? Avant 1846.... ?
Et bien il y avait déjà des halles, mais toutes en bois ! Mon grand père m'avait raconté que le secrétaire d'Etat aux finances de François Ier les avait payés. Un homme très riche.
Cet homme fortuné, c'est Florimond Robertet. Il aurait financé les travaux de la très belle maison sur la place, au numéro 23 et ceux de l'embellissement de l'église Lubin.
Brou est surnommée " la Noble " parce qu'elle était la plus importante des 5 baronnies du Perche Gouet.
Baronnies ? Perche Gouet ?
Oui, Perche Gouet, c'est ce qu'on appelle aussi le petit Perche qui va de Nogent le Rotrou à Alluyes.
Mais le terme de baronnie a été employé beaucoup plus tard, au 16ème siècle. En fait, il n'y a jamais eu de barons mais simplement des seigneurs qui avaient le pouvoir.
Et pourquoi Gouet ?
Ca vient de Guillaume Gouût, seigneur de Montmirail, Authon et La Bazoche. Il a été le premier à donner une certaine unité à cette région
Vous avez dit 5 baronnies... ?
Alos, il y a donc Brou la noble, mais aussi Alluye, la Riche, Authon la Gueuse, La Bazoche qui était la Pouilleuse et Montmirail la Superbe.
Les Baronnies du Perche restent un exemple unique en France car c'est un évêque, celui de Chartres qui est à l'origine de la création de cette unité politique.
Philippe Siguret, historien :
" L'évêque de Chartres avait donc pris un pouvoir militaire qui n'était pas dans sa nature et il s'était entouré d'hommes d'armes. Des chevaliers qui étaient sans doute plus volontaires que les autres qui ont accepté de prêter l'hommage non pas à un civil mais à l'évêque. "
Jusqu'en 1790, dans les cinq baronnies du Perche Gouet, une trentaine de paroisses devaient respecter une coutume particulière par rapport à celle de Chartres :
" Il y avait notamment dans la coutume une disposition qui est restée valable jusqu'à la révolution : les nobles avaient leur majorité à 14 ans, comme les rois de France. "
Lorsque vous vous promènerez dans la commune, vous remarquerez sûrement de nombreux lavoirs. Ils datent de la fin du 19ème siècle.
On peut en voir le long de l'Ozanne. Les maisons au bord de la rivière ont souvent un lavoir privé, et il y a aussi deux lavoirs publics.
Indispensables pour la grande lessive qui avait lieu deux fois dans l'année en moyenne. < On trempait d'abord le linge à la maison, puis on allait le frotter et le rincer au lavoir. Un travail long et fatiguant, réservé aux femmes qui s'entraidaient. >
Fin générique
Retour haut de page