Pays Perche : sur les routes tranquilles... >

Authon du Perche

Version mobile
English

Authon du Perche

Le nom de la commune vient du latin "Augustodunum" qui désigne un lieu élevé consacré à l'empereur Auguste.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Authon du Perche, sur la Place du Marché.
Ici, nous sommes au sommet d'une colline, à 247 mètres. Le nom de la commune vient du latin " Augustodunum " qui désigne un lieu élevé consacré à l'empereur Auguste. A la place de l'Eglise, il y avait un temple à sa mémoire.
Authon est l'une des 5 baronnies du Perche Gouet, celle qu'on surnommait la Gueuse. En effet, les comtes du Perche ont toujours exprimé une véritable ferveur religieuse dans le catholicisme. L'évêque de Chartres avait il est vrai distribué des terres à ceux qui l'avaient aidé à repousser les vikings. La région était donc très catholique.
Mais à Authon, à partir du 16ème siècle, le protestantisme s'impose. Le pasteur Jacques Couronné s'y installe en 1597.
C'est lui qui célébrera les obsèques du ministre d'Henri IV, le duc Sully à Nogent le Rotrou en 1641.
On peut voir aujourd'hui encore la maison qui abritait à l'époque le temple protestant. C'est dans la rue des Huguenots, non loin d'ici.
Observez les maisons autour de la place. Certaines ont un accès direct à leur cave depuis l'extérieur
Fabriquer des étamines, était un métier très difficile. >
" Les tireurs d'étain oeuvrent dans les caves pour une certaine humidité, pour pouvoir tisser le textile. C'est assez sombre, C'est pas des conditions de travail très élaborées et agréables. "
Gwenaûlle Hamelin, responsable de l'accueil du public au château de Nogent le Rotrou
" Les tisserands n'en vivent pas vraiment bien mais évidemment ce sont les négociants qui vont en tirer une grande richesse. Ce qui fait qu'ils vont se faire construire en ville de très belles demeures ".
< Certaines de ces maisons existent aujourd'hui encore.
Elles sont la preuve que les étamines rapportaient beaucoup. Plus que les simples toiles.
Un secteur de l'économie locale très important donc, qui a su s'exporter selon l'Historien Claude Cailly : >
" Leur essor commence en pleine crise économique textile nationale du royaume. Les toiles sont en déclin. Par conséquent, le relais va être pris par ce qu'on appelle les étamines dites du Mans, qui sont de couleur noire, qui avait un marché spécifique, et notamment international. Ce sont des étamines qui sont destinées pour des pays chauds, à l'Espagne, au Portugal et surtout de plus en plus au marché d'Amérique Latine, au marché des colonies espagnoles et portugaises. "
< Au 18ème siècle, les grandes familles de négociants des étamines ne vont malheureusement pas savoir réagir à la concurrence du coton. Ce sera le début du déclin : >
" Ces négociants n'ont pas, ou n'ont pas su, alors qu'ils disposaient des capitaux nécessaires à la reconversion de l'économie nogentaise, n'ont pas tenté en tout cas d'investir dans l'industrie naissante et au contraire ont placé leur argent dans des châteaux, dans des domaines fonciers. Ceux qui étaient disposés à investir dans l'industrie naissante, c'étaient des fabricants mais qui à Nogent n'avaient pas les moyens nécessaires. "
La Révolution de 1789 donnera une dernière chance aux étamines dont le tissu servira à la fabrication des pavillons tricolores. Un répit de courte durée pour ce secteur de l'économie locale.
Avant d'aller vous promener dans les rues d'Authon du Perche, ne quittez pas la place du marché sans avoir regardé la très belle maison à bretèche à l'angle de l'avenue Jean Moulin. Jacques de Robethon y a vécu. Il était le médecin et le conseiller de la reine Margot.
Fin générique
Bien. Continuons à présent notre découverte de la région.
Vous pouvez choisir maintenant le numéro du commentaire que vous souhaitez écouter. A bientôt !
Retour haut de page