Pays du Coquelicot >

Frise

Version mobile
English Néerlandais

Frise

Le larris de Frise abrite en effet quantités d'oiseaux et d'insectes. Certains sont très inattendus pour la Picardie.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Frise. Profitez du belvédère aménagé au dessus de la vallée de la Somme.
Cette pelouse sauvage de 10 hectares est ce qu'on appelle en picard un larris. Situé à 80 mètres d'altitude, le coteau calcaire très pentu est recouvert d'une végétation méditerranéenne.
Bruitage de mouton
Comme autrefois, les moutons ont été remis en pâturage. Ils sont ici de juin à septembre. Sans eux, les grandes herbes seraient envahissantes. C'est le cas surtout avec le brachypode penné, une graminée qui pousse en touffe et peut atteindre 60 centimètres de haut.
Ces hautes herbes font mourir des espèces très rares comme des orchidées.
" On retrouve une orchidée qui est protégée en Picardie qui s'appelle l'Orchis négligée ".
Camille Hélie, chargée d'étude scientifique au Conservatoire des Sites de Picardie
" Une belle orchidée rose, qui se trouve dans la première partie du larris quand on entre du côté du point de vue sur les marais. C'est une orchidée qui est vraiment exceptionnelle, sur coteau. Parce qu'on la retrouve habituellement dans les milieux humides, dans les prairies tourbeuses, etc... Et elle est là justement parce que le coteau est exposé au nord et qu'il y a une certaine fraicheur qui vient du marais.
Les espèces qui se trouvent là, les espèces rares, ne sont pas en grosse population. Il faut les préserver pour qu'elles puissent se reproduire et perdurer. Il ne faut pas cueillir les fleurs par exemple. Il faut plutôt rester sur les sentiers qui ont été tracés pour ne pas destructurer la végétation, ne pas écraser aussi la faune qui trouve refuge dans les herbes un peu plus touffues, un peu plus hautes. "
Le larris de Frise abrite en effet quantités d'oiseaux et d'insectes. Certains sont très inattendus pour la Picardie.
Ici, dès que le soleil perce les nuages, il réchauffe rapidement cette pelouse sèche et crée des ambiances méditerranéennes. La faune devient surprenante. Pour la découvrir, il faut tendre l'oreille et savoir ouvrir l'oeil.
Il y a d'abord des azurés, des petits papillons bleus. Le bord de leurs ailes est frangé de blanc et d'une ligne noire avec des motifs orangés. Leur présence est souvent signe de la bonne santé du larris.
Ils portent peut-être bonheur car ils cherchent des trèfles pour déposer leurs oeufs.
Bruitage criquet
Voici le Dectique verrucivore. Un criquet dont le chant très rapide peut durer plusieurs minutes. Vous ne le verrez pas voler car il se déplace essentiellement avec ses pattes.
Le Dectique Verrucivore est extrémement rare ici.
En regardant vers les marais de la Somme, vous apercevrez peut-être aussi de magnifiques oiseaux : le busard des roseaux par exemple. Il niche dans les roselières, ces ensembles de roseaux qui poussent sur des ilots. Ecoutez le parader en plein vol avec ce cri aigu
Bruitage busard
A 50 km/h, il est le plus rapide des busards. Et comme il est le plus grand, impossible de le rater.
Il y a aussi le gorge bleue à miroirs, un oiseau migrateur qui se reconnait à son cou bleu et au contour blanc de ses yeux.
Avec un peu de chance, vous verrez aussi le Grand Butor un héron dont le cri ressemble étrangement au mugissement d'un taureau.
Et puis également le Blongios Nain, le plus petit des hérons.
Tous ces oiseaux ont besoin de 5 hectares de roselières pour vivre.
Rappelons qu'un peu plus loin toujours sur ce belvédère, vous retrouverez les vestiges de tranchées de la première guerre mondiale.
Découvrons maintenant un autre larris, celui de la Montagne de Vaux, sur la commune d'Eclusier Vaux. Un autre endroit idéal pour observer la vallée de la Somme.
Merci de continuer votre visite, A bientôt !
Retour haut de page