Pays du Coquelicot >

Eclusier Vaux

Version mobile
English Néerlandais

Eclusier Vaux

Cette commune est la réunion de deux villages.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Eclusier Vaux.
Cette commune est la réunion de deux villages, Eclusier et Vaux. La mairie se trouve en pleine nature, à mi chemin de ces deux bourgs.
Depuis le belvédère de Notre Dame de Vaux, la vue sur la vallée de la Somme est imprenable.
Et voici son histoire : elle s'est formée sur plusieurs millénaires.
Il y a 10 000 ans, un cours d'eau très large et tumultueux s'est assagi.
Les Romains appelaient d'ailleurs ce fleuve Samara... ce qui voulait dire rivière tranquille.
Ce sont des mouvements tectoniques qui ont en fait perturbé son tracé. La rivière s'est alors cherché un chemin sur une pente très faible. Voila pourquoi aujourd'hui, jusqu'à Amiens, la Somme a cette forme si irrégulière avec de grands virages.
Autre conséquence de cette pente douce : l'accumulation de végétaux et la formation d'une tourbe jusqu'à 10 mètres de profondeur !
Savez-vous d'où vient toute cette eau ?
Et bien la Somme prend sa source à Fonsommes dans l'Aisne et ...
(coupant) C'est exact mais il y a un " mais " La Somme n'est plus un fleuve actif. 95 % de l'eau de la vallée vient du plateau, et non plus de sa source. On dit que c'est un fleuve fossile.
Un fleuve en tous cas très prisé par les amateurs d'anguille. Ici cette pêche était une tradition.
Elle se pratiquait dans des anguillères. Ce sont de grands pièges à pente douce placé sur le fleuve entre deux vannages. L'anguille tombe dedans. C'est très efficace surtout par mauvais temps, en pleine nuit. En quelques heures, plusieurs centaines de kilos de poisson pouvaient ainsi être récupérés.
A Eclusier Vaux il y a aussi le jeu de l'anguille. Dans un grand bacquet d'eau assez trouble, le joueur doit attraper en une minute l'anguille avec une seule main. Si vous essayez, vous verrez que ce n'est pas si facile !
Pour observer la Vallée, nous nous sommes installés ici sur ce qu'on appelle en Picardie un larris.
C'est-à-dire un coteau très calcaire sur lequel se développe une végétation très particulière. Celui-ci est exposé à l'est et s'étend sur 11 hectares. Sans l'action de l'homme, il se boiserait très vite. Jusqu'à la fin du 20ème siècle, même les chasseurs n'osaient plus s'y aventurer
" C'est en 1995 que nous avons pris la décision de confier la gestion du larris au Conservatoire des Sites Naturels de Picardie. "
Daniel Derly, le maire d'Eclusier Vaux.
" Le gros travail a été déjà de stopper le boisement. Ensuite, on a essayé de le réduire, on a supprimé les arbres, les arbustes de façon à faire repousser ce que le conservatoire appelle la pelouse. C'est un gros travail, d'autant plus que c'est uniquement manuel. On ne peut pas faire venir de tracteurs, ou d'engins forestiers. "
Pas de machines donc pour déboiser mais il y a mieux que ça !
Bruit de chèvres...
Ce sont elles qui font tout le travail !
Il y a actuellement sur le site une quarantaine de chèvres. On s'est rendu compte que ce sont des débroussailleuses hors pair. Elles y vont même sur les deux pattes de derrière. Plus les buissons sont épineux, plus ça leur plait. Elles passaient toujours au même endroit, juste à une rutpture de pente. Et ce sentier là, on a commencé à l'apercevoir. Et bien comme ce sont les chèvres qui ont tracé ce sentier, on va lui donner le nom des chèvres. "
Et en Picard, un chèvre s'appelle une maguette. Ce chemin s'appelle donc le sentier des maguettes. Vous pouvez l'emprunter. N'hésitez pas.
Découvrons maintenant un souvenir de la Grande Guerre, un cratère formé par l'explosion d'une mine à la Boisselle.
Merci de continuer votre visite, A bientôt !
Retour haut de page