Pays du Coquelicot >

Albert - Ville d'industrie

Version mobile
English Néerlandais

Albert - Ville d'industrie

L'histoire industrielle de la ville d'Albert est passée par l'Ancre. Cette rivière prend sa source à 15 kilomètres d'ici.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au jardin public d'Albert.
Installez-vous à l'entrée et regardez à votre droite la cascade
L'histoire industrielle de la ville d'Albert est passée par l'Ancre. Cette rivière prend sa source à 15 kilomètres d'ici, à Miraumont et se jette dans la Somme à Aubigny prés de St Quentin.
En passant par Albert, elle forme plusieurs bras qui passent sous le choeur de la basilique ou forment cette cascade de 10 mètres de haut.
Bruit d'une cascade
La force motrice de l'eau de cette cascade sera utilisée par la Société Industrielle d'Albert qui a construit les Cycles Rochet . L'usine était à elle seule une petite ville avec ses 700 ouvriers et ses 800 machines outil. En 1908, l'une des meilleures années, plus de 27 000 cycles y ont été fabriqués.
La ville abritait même un vélodrome réputé qui aujourd'hui a été remplacé par un étang.
Et les champions du début du 20ème siècle courraient sur ces vélos connus dans le monde entier, qu'on disait solides et élégants.
L'autre succès industriel d'Albert , c'est celui de la construction aéronautique qui commence avec Henry Potez.
Avant de devenir le maire de la ville, cet homme est un pionnier de la construction d'avions. En 1924, il installe son usine à Méaulte, juste à côté d'Albert. On y fabrique plusieurs des avions mythiques du 20ème siècle
Marc Betrancourt, industriel à Albert :
Au début à Méaulte, il a construit des avions Potez 25. Il y a eu à peu près 6000 Potez 25 sortis de Méaulte. C'était les avions par exemple de l'Aéropostale. L'usine Méaulte comptait jusqu' 5000 personnes dans les années 1936. Et on faisait le Potez 63 dans ces années là. Et après 1936, l'usine a été nationalisée. Elle est devenue la Société Nationale Aéronautique du Nord. On a construit beaucoup d'avions dont les licences étaient allemandes. Mais à partir de 1950, il y a eu une récession dans l'aéronautique, parce qu'il n'y avait plus d'avions du guerre à construire. Et Méaulte s'est spécialisé dans les voilures. Les voilures, ce sont les aîles des avions. On a commencé par les ailes de vampire. C'est un des premiers avions à réaction après la guerre.
Aujourd'hui, l'entreprise créée par Henry Potez participe à l'aventure de l'Airbus A380, le plus gros avion de ligne au monde. C'est ici que le nez de ce géant des airs est construit .
Une fois construite, cette pièce gigantesque de près de 1400 kilos est acheminée à St Nazaire, puis à Toulouse . Elle voyage dans un très gros avion cargo d'Airbus. C'est le Beluga. Il se pose à Méaulte depuis la construction de l'aéroport Albert Picardie et sa piste de 2200 mètres.
L'histoire industrielle d'Albert passionne donc les amoureux du vélo et de l'avion. Mais les gourmands ont aussi leur part...
En 1924, Saturnin Joachim s'installe à Albert. En face de la basilique, il ouvre un restaurant qui s'appelle " Aux Gaufres d'Albert ". Ce Guadeloupéen avait dans ses bagages une recette originale pour la confection de sa pâte et surtout... un secret bien gardé...
Ces gaufres ont été remises au goût du jour en 1998 par la Confrérie de la Gaufre d'Albert. N'hésitez pas à les déguster et à en emporter chez vous. Vous en trouverez à l'Office de Tourisme.
Retrouvons maintenant les traces de Louise Marais d'Arc à Bray sur Somme. Juste après la Grande Guerre, cette femme s'est dévouée à la cause des plus démunis.
Merci de continuer votre visite, A bientôt !
Retour haut de page