Pays du Coquelicot >

Albert - Souvenir de la destruction

Version mobile
English Néerlandais
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

Quand la vierge tombera...

Pendant la 1ère guerre mondiale, dans la ville d'Albert, les soldats racontaient que la paix reviendrait quand la vierge dorée de la basilique tomberait. C'est " presque " ce qui est arrivé.
Mais dans une ville entièrement détruite.

Qui l'a dit le premier ? La vierge dorée de la basilique d'Albert tombera un jour. Et la guerre sera finie.
L'histoire était racontée par les soldats qui voyaient chaque jour la statue prête à se décrocher. En janvier 1915, les Allemands
Albert est surnommée " la Lourdes du Nord ". Et c'est un pape qui l'a dit !
avaient bombardé l'édifice religieux, cible parfaite pour l'artillerie.
Promenez-vous dans Albert et vous trouverez bien un habitant à qui un grand père a raconté l'histoire de la vierge penchée. Cela tenait du miracle : la statue ne tombait pas.
Il a fallu attendre l'arrivée des britanniques. Ils détruisent la basilique pour éviter qu'elle ne devienne un observatoire utile à l'ennemi.
Au printemps 1918 donc, la vierge tombe enfin. Et c'est vrai, la guerre est alors presque terminée.
Il faut aller voir le musée installé dans un ancien abri souterrain à côté de la basilique pour comprendre dans quel état se trouve la ville à la fin du conflit. Tout ou presque est détruit. Sur les 7343 habitants de 1914, seulement 120 sont vivants en 1919. Eux seuls verront la ville se reconstruire grâce à l'aide de la cité britannique de Birmingham. Eux seuls verront arriver le style Art Déco dans la nouvelle gare et l'Hôtel de ville.
La basilique, elle, sera rebâtie à l'identique par un architecte inspiré par l'Orient. Il a imaginé le clocher avec des souvenirs de Séville. Mais la vierge dorée est celle d'Albert. Bien droite cette fois.

J'ai testé pour vous

Les gaufres d'Albert vendues dans une pâtisserie à deux pas de la basilique. Une spécialité de la ville amenée par un guadeloupéen en 1924. Du sucre, du miel et du beurre, mais le reste de la recette est gardé secret...

Impressions

Début juillet, la ville se prend pour une cité écossaise. En hommage aux 700 000 soldats britanniques morts dans la Somme, pendant la Grande Guerre, on joue tous les soirs de la cornemuse depuis le balcon de la basilique.
David Aussillou


Quelle surprise de voir un avion Potez 36 suspendu dans le hall de la gare d'Albert. J'ai appris ensuite qu'Henri Potez, le pionnier de l'aéronautique était originaire d'ici.

Version mobile
English Néerlandais
Retour haut de page

Photo de droite : La basilique Notre-Dame-de-Brébières d'Albert
Par B25es (Domaine public) via Wikimedia Commons