Le coquelicot : ici, cette fleur d'été fragile est devenue l'emblème du souvenir.


J'ai essayé de comprendre les règles de la balle au poing à Toutencourt. Le tennis sans filet disent les picards. Oui mais c'est pas aussi simple que ça...

David Aussillou

Pays du Coquelicot

Version mobile
English Néerlandais
  • Albert - Souvenir de la destruction

    1. Albert - Souv...

  • Albert - La Basilique

    2. Albert - La B...

  • Albert - Ville d'industrie

    3. Albert - Vill...

  • Bray sur Somme

    4. Bray sur Somm...

  • Méricourt sur Somme

    5. Méricourt su...

  • Froissy

    6. Froissy

  • Frise

    7. Frise

  • Eclusier Vaux

    8. Eclusier Vaux

  • La Boisselle et Pozières

    9. La Boisselle ...

  • Thiepval

    10. Thiepval

  • Beaumont Hamel

    11. Beaumont Ham...

  • Mailly Maillet

    12. Mailly Maill...

  • Authie

    13. Authie

  • Raincheval

    14. Raincheval

  • Toutencourt

    15. Toutencourt

  • Froissy

    16. Froissy

x

Avant les combats

A quoi ressemblait la Picardie avant la première guerre mondiale ? Avant que des pluies d'obus ne détruisent les maisons et les églises en pierre. Certaines communes ont été épargnées. En les découvrant, on mesure d'autant mieux les dégâts de la guerre sur les autres villages du Pays du Coquelicot.

La Somme d'avant la Grande Guerre, c'est à Mailly Maillet que vous pouvez la découvrir. Ne cherchez pas les maisons de brique rouge que vous avez l'habitude de voir dans la région. Ici, il n'y en a pas. Les maisons de pierre n'ont pas été détruites.

J'ai testé pour vous

La visite du parc du château de Méricourt sur Somme avec sa collection d'arbres centenaires. Le plus résistant est le Ginkgo Biloba, premier arbre apparu sur terre. Au Japon, il a survécu à la bombe atomique d'Hiroshima.
Alors pourquoi Mailly Maillet a-t-elle été épargnée ? Parce qu'ici commençait l'arrière du front qui n'était pas la cible privilégiée des obus. Du coup, l'église Saint-Pierre du 16ème siècle, est toujours debout.   
A Authie aussi, la 1ère guerre mondiale semble ne jamais avoir eu lieu. L'eau coule aujourd'hui comme au 19ème siècle quand le village vivait du textile. La manufacture utilisait la force motrice de l'eau. Jusqu'à 80 métiers tissaient 16 heures par jour,    faisant prospérer la cité. Payées à la pièce, ce sont les femmes qui travaillaient.
A Raincheval enfin, la guerre a laissé intact le château du village construit en 1719. Observez-le, derrière les grilles d'entrée. Il ressemble aux hôtels particuliers de la ville d'Amiens.   
Une fois que vous aurez vu la Picardie épargnée par les ravages de la Grande Guerre, vous mesurerez d'autant plus justement les dégâts subis sur le front.
Vous comprendrez alors l'ampleur du désastre qui a frappé des communes comme Albert, Bray, Méricourt, Roissy, Frise, Eclusier Vaux ou encore Thiepval.

[ Accès au diaporama ]

Le saviez vous ?

L'Authie n'est pas une rivière. Mais un fleuve puisqu'il se jette dans la Manche, entre Berck et Fort Mahon à environ 90 kilomètres du village qui porte son nom.   
Version mobile
English Néerlandais
Retour haut de page

Photo de gauche : L'Église Saint-Pierre de Mailly-Maillet
Par Markus3 (Marc ROUSSEL) [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons