Pays de Cocagne >

St Sulpice la Pointe

Version mobile
English

St Sulpice la Pointe

Deux rivières qui se rejoignent. On dit ici que: " Le Tarn boit l'Agout (" la goutte ")

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
St Sulpice la Pointe 
C'est l'une des plus anciennes bastides du Pays de Cocagne.
Ici, l'Agout se jette dans le Tarn qui va rejoindre la Garonne. L'itinéraire pour le pastel et le Vin de Gaillac vers l'Océan Atlantique est donc tout tracé. Nous sommes donc ici à un carrefour stratégique pour le commerce :
" On va voir arriver toutes les flottilles chargées d'agranat de pastel qui vont partir vers un avenir beaucoup plus lointain ".
Sandrine Banessy, auteur du livre les 7 promenades au Pays du Pastel 
" On a quand même les capitanes qui reviennent de Bordeaux, qui sont les très grosses gabarres qui vont faire l'aller retour. Et puis autour de ça, les toutes petites flottilles, des plus petites gabarres qui elles partent vers leur dernier voyage puisqu'elles finiront à Bordeaux en tonneaux pour le vin. On transporte le pigment par tonne. Donc on a quand même de grands convois de bateaux qui vont acheminer tous ces sacs de pastel. Et effectivement, cet endroit-là va voir arriver les petits bateaux qui vont se joindre aux grandes flottilles plus les capitanes qui reviennent dans l'autre sens. L'activité était intense oui... et sur des rivières qui n'avaient pas des cours si simples que ça à maitriser ".
Un vrai convoi exceptionnel en effet : 6 embarcations au total menées par la capitane, une grande gabarre de 12 mètres de long. Pas facile à manoeuvrer !
Le pastel est aussi transporté par attelage pour les plus petites quantités. Mais le trajet est long jusqu'à Bordeaux ou Marseille, et cette marchandise attire des voleurs de grand chemin !

Le pastel ne fait pas travailler seulement les producteurs et les transporteurs. Les collecteurs sillonnent le pays de Cocagne pour réserver sur pied les futures récoltes. Les teinturiers estiment déjà la longueur de tissu que chaque lot pourra teindre. Les emballeurs remplissent les sacs de toile brune prêts à être expédiés sur le Tarn puis vers l'Europe du Nord où se trouvent les grands drapiers des Flandres, vers l'Europe du Sud comme en Espagne et en Italie et vers l'Orient. 
A St Sulpice, il y a un autre voyage à faire : la visite du souterrain du Castéla. Il a servi de refuge aux habitants de la bastide.
Hé ! Par ici... je connais bien l'endroit. Ce tunnel mesure 142 mètres.
Ah, je me présente .... Jeanne. Jeanne de Boulogne et d'Auvergne. J'ai vécu ici à partir de 1418. J'ai fui mon mari, le duc de Berry, le frère du Roi Charles V. Les gens ici m'appellent " la faussaire de St Sulpice " ... parce que j'ai fabriqué de la fausse monnaie. Et alors ? Je n'avais pas le choix ! Je n'avais plus rien. Et puis j'ai du quitter ce tunnel parce que le Sénéchal de Toulouse a voulu m'arrêter... "
Jeanne s'enfuit à temps. Elle se réfugie à une soixantaine de km d'ici, à Roquecourbe où elle est recueillie par Jacques II de Bourbon. La faussaire de St Sulpice y termine sa vie.
Ce souterrain médiéval peut aujourd'hui se visiter. Le mieux, c'est la nuit avec des bougies.
Avant de quitter St Sulpice et le site du Castéla, vous verrez aussi le pigeonnier d'une forme atypique. Carré, il est entièrement construit en brique et date du début du 19ème siècle.
Retour haut de page