Votre circuit
Tarn
Albi
Briatexte

Pays de Cocagne >

Briatexte

Version mobile
English

Briatexte

Au carrefour du commerce de l'or bleu

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'ancien port de Briatexte
Cette bastide est créée en 1287 à la demande du comte de Toulouse pour remplacer le village cathare des Touelles, rasé par les troupes de Simon de Montfort 75 ans plus tôt.
Briatexte se trouve au bord du Dadou qui coule depuis les monts de Lacaune avant de se jeter dans l'Agout. C'est l'une des trois rivières du département du Tarn qui permettent l'exportation du pastel. A la grande époque de l'or bleu, à la Renaissance un port accueille ici les bateaux.
Sur l'une des rives du Dadou, il y a encore aujourd'hui l'ancien moulin des moines avec son pigeonnier construit en brique et en galets.
Briatexte est le fief des Soult, grande famille de drapier. Et ce n'est pas un hasard car le textile est l'une des premières utilisations du pastel.
Sandrine Banessy, auteur du livre les 7 promenades au Pays du Pastel :
" La première vertu du pastel est de produire un colorant bleu qui résiste et au soleil et aux grandes bouillies, c'est à dire au lavage à l'échaudé. Ensuite se rajoutera l'indigo qui vient des Caraïbes. Ensuite, il a une valeur esthétique qui ennoblit le tissu d'une façon merveilleuse. Troisièmement, il va extrêmement résister. Et ensuite, par chance, il se trouve que le pastel a des propriétés qui protègent le tissu ".
Autre atout du pastel : il peut soigner. Certains affirment qu'il soulageait les maladies du foie et de la rate. Les Grecs en obtenaient un remède traitant des maladies de peau. On lui prête également des propriétés antiseptiques, cicatrisantes, diurétiques. Des soviétiques l'ont même présenté comme un antibiotique.
En repartant des bords du Dadou, prenez le temps de vous arrêter dans le centre de Briatexte sur la Place aux couverts. De là, vous apercevrez à l'angle de la rue du château une demeure Renaissance, construite pendant les guerres de religion au début du 17ème siècle pour Messire de MONTALIVET, consul protestant de la ville. Dans la tourmente des guerres de religion, cette demeure a perdu son deuxième étage et sa tour. Mais sa magnifique porte est encore en parfait état.
Retour haut de page