Pays Basque >

Mauléon

Version mobile

Mauléon

Capitale de l'espadrille et des hirondelles !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Mauléon
Nous sommes à Mauléon devant l'entrée de l'ancien château fort qui surplombe la ville. Château qui n'impressionne plus personne aujourd'hui !
Il n'en reste plus grand-chose. Simplement le donjon. Et pourtant, écoutez ce qu'en dit Joël Larroque, professeur d'histoire, qui aime raconter sa ville.
Il est cité au 15ème siècle comme étant le plus fort château sur son " moult haut roc " de toute la Gascogne, donc aussi puissant que le château de Bordeaux qui est détruit maintenant. Pour l'assaillir, il faut venir à pratiquement 12 000 soldats, c'est la population de toute la Soule !
La Soule, c'est la plus petite des 7 provinces du Pays Basque et Mauléon en est la capitale. Notez que le château défend la Navarre contre les agressions venues du nord, agressions françaises ou gasconnes.
Regardez bien les toits de la ville. Les gris sont en ardoise, les rouges, en tuiles. Certains toits rouges abritent quelques usines. Mauléon est encore aujourd'hui la capitale française des espadrilles ! Si leur fabrication fait travailler moins de 100 personnes de nos jours, on en comptait plus de 2 000 au début du 20ème siècle. La ville manquait même de bras.
De jeunes navarraises espagnoles et de jeunes aragonaises, venaient passer l'hiver dans les usines à coudre les espadrilles. On les appelait les hirondelles.
Joël Larroque habite justement le quartier où vivaient ces jeunes femmes.
Elles étaient poussées par la misère pour quitter leur province. Ici, elles travaillaient 10h à 12h par jour. Elles étaient logées entre filles du même village, avec les soeurs aînées, etc. dans des maisons de misère, des fermes abandonnées où elles se partageaient, la chambre, le lit. Par contre, elles mettaient tout en commun. Elles avaient leur rire, leur joie de vivre. Elles savaient transfigurer la vie dure qu'elles menaient.
" Nous étions très entassés. Ah oui. Et les water et tout ça ! Par exemple, chez Glaria, il y avait un water à la turque pour tout l'immeuble ! Et quel monde il y avait ! Qui sait combien de familles ? C'était partout pareil. A Licharre, moi, je couchais avec un dénommé Pérez et... trois dans un lit ! "
Toute cette jeunesse s'envolait au printemps de l'autre côté des Pyrénées et s'en retournait dans les champs de Navarre et d'Aragon. Toute ? Pas toujours.
Elles peuvent repartir en Espagne travailler avec le pécule qu'elles ont gagné mais très souvent, elles étaient tellement belles et tellement admirées en Soule que des Souletins les ont gardées, les ont épousées ce qui fait que Mauléon a une très forte histoire espagnole.
-
Mauléon fête chaque 15 août l'espadrille qui a fait sa renommée. Le reste de l'année, vous pouvez visiter les ateliers de fabrication Prodiso, Megam et Don Quichosse.
Vous y apprendrez notamment que les plus gros acheteurs d'espadrilles étaient les mineurs du Nord.
Mauléon a aussi ses fêtes, célèbres, le 14 juillet, des fêtes chantées ici par Ontuak.
Retour haut de page