Votre circuit
Ouagadougou
Dans le quartier de Dapoya, la nuit est chaude mais aux night clubs, les Ouagalais préfèrent les " maquis "...


Ici, pas de horde de touristes. Le Burkina Faso a gardé une part de son authenticité. Bon à savoir. Mais à ne pas trop ébruiter non plus...

Anne Recoules

Ouagadougou en musique

Version mobile
  • Quartier de Dapoya

    1. Quartier de D...

x

Ouaga dance

Vous ne comprenez pas les paroles. Et vous n'aviez jamais vu cet instrument. Mais cette mélodie, qui se joue juste devant vous, elle vous parle, malgré tout. Vous êtes dans la capitale du Burkina Faso, et vous le sentez, ça va chauffer...

Ici, la musique est multiple : Elle varie selon les régions, les villages, les groupes ethniques. Elle résonne dans la ville et dans la vie.
Dans la journée, elle n'est pas forcément harmonieuse, mais elle est significative. Le bruit continu

Le saviez vous ?

" On ne devient pas griot, on naît griot " : Le griot est un musicien ambulant accompagné d'un instrument. Il est le dépositaire de la tradition orale. Il détient la parole, le chant et le musique. Il n'a pas d'interdit et peut dire aux hommes de pouvoirs ce que pense le peuple. Les griots suscitent respect et admiration et appartiennent à la caste des djéli .
des klaxons et des mobylettes vous rappellera éternellement Ouagadougou, " Ouaga " pour les intimes, la capitale du pays des hommes intègres. Le soir venu, place à la musicalité et rendez-vous au " maquis ".    Les conversations des clients qui boivent, mangent et palabrent des heures durant rythment la journée. A la nuit tombée, les musiciens prennent possession des lieux et la convivialité est la reine de la soirée.
A quelques rues de là, piste de danse sous les étoiles. Des spectateurs, assis sur les gradins, regardent les danseurs. Ces derniers s'en fichent. Ils s'abandonnent au plaisir de bouger, sans faire attention à ceux qui les regardent. Et puis, ils connaissent le pouvoir de la musique burkinabé.
Elle vous prend par la main et vous entraîne à votre tour sur la piste.
Ecoutez l'appel du Djembé, de la kora, et du balafon...

[ Accès à la carte Accès à la carte ]

J'ai testé pour vous

La Flag, une des bières les plus consommées dans les maquis.
Version mobile
Retour haut de page

Photo de gauche : Centre ville de Ouagadougou
Par Wegmann (Travail personnel) [GFDL], via Wikimedia Commons