Orthez >

Eglise Saint-Pierre

Version mobile

Eglise Saint-Pierre

Une histoire tourmentée

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'église Saint-Pierre
Nous sommes près de l'église Saint-Pierre d'Orthez, en face du chevet. C'est la partie la plus ancienne qui daterait du 13ème ou 14ème siècle. On parle de style gothique béarnais.
Le reste de l'édifice est plus récent et son histoire tourmentée.
A commencer par sa construction, démarrée probablement en 1286, mais achevée bien plus tard.
Ecoutons Cécile Tison, animatrice de l'architecture et du patrimoine pour le pays d'art et d'histoire du Béarn des Gaves
Il y a une tradition qui dit que, ce qui a permis de terminer l'église, c'est à la mort de Gaston Fébus, le fait que la population a pu mettre la main sur le fabuleux trésor de Gaston Fébus.
Gaston Fébus, brillant prince béarnais, personnage entouré de légendes, qui a vécu au 14ème siècle.
Quoi que dise la légende, cette église est curieusement placée dans la ville. Avez-vous remarqué que vous n'êtes plus dans le centre historique ? On pense que c'est un lieu de culte très ancien.
L'église était intégrée, par l'un de ses murs, aux remparts de la ville :
Quand on entre dans l'église, on s'aperçoit tout de suite qu'il n'y a pas de verrières d'ouverture comme dans une église traditionnelle gothique mais on voit des archères, des meurtrières et on sait même que la première tour-clocher de cette église était également défensive.
On voit aussi très bien cette curiosité en faisant le tour de l'église.
Mais revenons aux turpitudes de l'histoire. En 1569, le Béarn, gouverné par Jeanne d'Albret, est majoritairement protestant. Cécile Tison nous raconte la suite.
L'armée française fait une tentative d'annexion du Béarn, pour des raisons politiques et religieuses. L'église va beaucoup en pâtir puisqu'on parle d'incendie. Dans les années qui suivent, l'église est confisquée puisque le culte catholique est interdit et cette église devient un temple.
Cet épisode a profondément marqué la ville d'Orthez parce que les représailles envers les prêtres et les catholiques soupçonnés d'avoir pactisé avec les Français ont été terribles.
Pratiquement toutes les églises du Béarn ont subi le même sort jusqu'en 1620 environ, date à laquelle le Béarn devient français.
La peur change de camp : les catholiques retrouvent leurs églises, les protestants construisent des temples mais dans un climat qui leur est peu favorable.
Heureusement les temps ont changé ! N'hésitez pas à entrer dans l'église. Levez les yeux, surtout vers l'autel où vous verrez de superbes clés de voûtes décorées, là un chevalier, ailleurs, d'un Saint-Pierre tenant les clés du paradis.
L'autel lui-même, tout de cuivre et d'émaux, vaut une petite visite.
Retour haut de page