Olne >

Le chantoir de la Falise

Version mobile
English Néerlandais

Le chantoir de la Falise

Le mystère de la disparition du ri d'Aronde

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le chantoir de la Falise
Olne marque l'entrée sud ouest du pays de Herve. Ici, vous êtes sur un vaste terroir riche en bocages typiques, mais aussi en vallons encaissés et en prairies verdoyantes. Elles sont sillonnées par une multitude de ri, des petits cours d'eau qui se jettent dans deux rivières principales. Francine Kalbusch, guide nature du pays de Herve :
Voilà. Les rivières principales d'Olne sont la Vesdre au sud et ça délimite le sud de la commune puisque que la rive droite est sur la commune d'Olne tandis que la rive gauche est sur la commune de Trooz. Et la Magne donc qui passe plus au nord, à la limite de Soumagne et qui traverse le hameau de Saint Hadelin et disparaît à la Neuville.
La disparition, telle semble bien être la spécialité des cours d'eau olnois, célèbres pour leurs nombreux chantoirs et résurgences.
Pol Xhaard spéléologue :
Un ou une chantoir parce que les deux genres sont autorisés, c'est un point de perte d'un ruisseau et ça vient du vocable wallon " li chantwère ", qui veut dire l'endroit où l'eau chante en pénétrant sous terre.
Au chantoir de La Falise, le ri d'Aronde disparaît pour réapparaître à Vaux-sous-Olne sous le nom de ri de Vaux. Il resurgit à 800 mètres à vol d'oiseau et à 75 mètres en contrebas, à la grotte de l'étang. Dans les années 1930, à la suite d'une coloration à la fluorescéine, des chercheurs ont estimé son temps de parcours souterrain à 192 heures...soit 8 jours pour parcourir moins d'un kilomètre.
On peut s'interroger sur ce temps de parcours très élevé. Et c'est probablement dû à la présence d'un important volume souterrain, une nappe d'eau qui ralentit le colorant, qui le disperse.
Probablement car...mystère... jusqu'à aujourd'hui le chantoir de La Falise n'a été exploré que sur 142 mètres, et la grotte de l'étang, à la sortie du ri, sur quelques centaines de mètres. Entre les deux, il reste encore une zone importante à découvrir.
Alors ce qui bloque c'est de la boue, ce sont des blocs qui sont difficiles à extraire de cette boue là.
Robert Theck, spéléologue
Et puis nous sommes dans un endroit où justement on a un petit peu de mal à respirer. On est un petit peu à l'étroit. On ne sait pas par où commencer le travail en fait. Il n'y a pas d'évidence si ce n'est l'eau qui s'écoule dans un trou bien boueux entre les rochers.
Si le chantoir de la Falise n'a pas encore livré tous ses secrets, il a déjà offert quelques trésors paléontologiques. Dans les années 1960, des archéologues y ont découvert des silex taillés et des ossements d'animaux préhistoriques : auroch, rhinocéros laineux, mammouth et hyène des cavernes.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page