Olne >

l'ancienne clouterie

Version mobile
English Néerlandais

l'ancienne clouterie

Au 42 rue du village, une petite porte vestige d'une activité jadis très répandue au village : la clouterie

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
l'ancienne clouterie
L'habitat d'Olne se partage entre des maisons ouvrières en pierre des 16 et 17èmes siècles. Et des maisons cossues en pierre et brique, que la bourgeoisie du 18ème faisait bâtir sur le modèle des hôtels particuliers des villes.
Le n°42 de la rue du village est typique d'un logement ouvrier, mais il présente une particularité supplémentaire. La petite porte là ! Sur la droite ! Qui ouvre sur le trottoir. C'est celle d'une ancienne clouterie.
Dans la deuxième moitié du 18ème siècle, Olne en comptait une centaine. Imaginez plutôt...c'étaient des petites forges d'à peine 40 mètres carrés, installés dans les caves ; où hommes et femmes indistinctement s'affairaient autour du foyer et de l'enclume pour fabriquer des clous. Souvent d'ailleurs en complément d'une autre activité. Et pour cause, littéralement, cloutier (...)
Clawti en wallon. Clawti. Clawer en wallon c'est clouer
...ça ne rapportait pas un clou :
Ca ne rapporterait pas assez. Ils étaient terriblement exploités à l'époque.
Jean-Pierre Baba, propriétaire du 42 rue du village
Ils étaient le dernier maillon d'une chaîne. La matière première venait de Goffontaine notamment et de Liège. Ils recevaient ce qu'on appelle des vergettes qui étaient fabriquées dans des fenderies. A ne pas confondre avec fonderies. Une fenderie donc c'était les laminoirs de l'époque. Ils recevaient des tigettes carrées, à section carrée. Donc les cloutiers ici à Olne, coupaient simplement à bonne dimension ces vergettes. Les martelaient de manière à avoir un clou pointu et à avoir une tête.
Des clous qui ne faisaient pas la fortune du village donc, mais lui valait une solide renommée dans toutes les Provinces Unies.
Les cloutiers olnois fournissaient la totalité des clous pour la flotte hollandaise au 18ème siècle.
Et c'est au 20ème, en 1952, que s'est éteint le dernier clawti d'Olne.
Autre particularité des maisons olnoises : la moleye. Ce sont ces joints rougeâtres, visibles notamment sur les murs de la ruelle d'Arvo, à gauche du n°42. On les fabriquait avec la limaille de fer provenant des canonneries de Nessonvaux.
Et on récupérait cela. On le mélangeait à un mortier appelons ça comme ça. Et c'était particulièrement résistant puisque que tout cela se faisait au 16ème/17ème siècle puisque ce sont les maisons en pierre qui sont rejointoyées avec cette moleye en question et elles sont toujours présentes. Ces joints sont toujours là. Et toujours aussi solides.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page