Noyon >

Musée du Noyonnais - Salle médiévale

Version mobile
English

Musée du Noyonnais - Salle médiévale

Une collection exceptionnelle de coffres, et un jeu d'échecs autour duquel plane encore un certain mystère...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Musée du Noyonnais - La Salle médiévale
Au premier étage du musée du Noyonnais, la salle médiévale.
Un, deux, trois, quatre, cinq... six ! Six coffres en chêne et fer forgés, datés du 12e au 16e siècle, sont ici regroupés. C'est l'une des plus importantes collections de mobilier médiéval d'Europe ! Et c'est aussi une belle illustration de l'évolution des techniques d'ébénisterie. Ils ont traversé les siècles, bien à l'abri, dans la cathédrale...en voulant protéger le contenu on a protégé le contenant !
Mais il n'y a pas que des coffres dans cette pièce. On trouve aussi des fragments de sculptures et de vitraux venant de la cathédrale ou des églises environnantes ; un ensemble de tableaux du 16e au 18e siècle et même la porte épiscopale qui permettait à l'évêque de passer de son palais à la chapelle épiscopale, pour les offices.
Et dans cette vitrine, là, on dirait... un jeu d'échec. Rois, reine, tours, cavalier, fou, pions... c'est bien cela ?
Oui, c'est bien un jeu d'échec. C'est même l'un des premiers jeux d'échec occidentaux. Il date du 11e siècle. ? Certes il n'est pas complet, mais vu son grand âge il possède malgré tout un nombre important de pièces, ce qui est très rare. C'est le jeu le plus complet conservé en France, c'est dire ! Il a été retrouvé en 1986, lors de fouilles archéologiques.
Mais... à qui appartenait ce jeu ?
Ah, pour cela, nous allons devoir mener l'enquête...
- Ce jeu ? Il était peut-être à moi. A vrai dire, je ne me souviens plus. vous savez, nous les nobles, nous avons tant de loisirs...
- Ah non, il ne pouvait pas être à moi ! Nous les évêques, nous ne sommes pas sensés nous adonner à ce genre de jeu, voyons ! Quoique devant un bel ouvrage comme celui-ci, c'est tentant...
On n'est pas plus avancés. François Debrabant, vous qui êtes assistant auprès des Musées de Noyon, vous auriez une petite idée sur le propriétaire de ce jeu ?
Très probablement, il a appartenu à l'un des derniers châtelains qui régnait ici, à Noyon, qui était le représentant du roi de France. Parce qu'il a été retrouvé dans un puits à proximité du Donjon du châtelain, qui a ensuite été détruit par l'évêque qui s'est imposé ensuite comme puissance politique à Noyon. Ce qui me fait dire aussi que c'était le châtelain c'est les autres éléments retrouvés à proximité du jeu d'échec, c'est-à-dire des ossements animaux qui provenaient de la chasse alors que normalement, je dirais, l'évêque est un ecclésiastique et n'est pas sensé s'adonner à la chasse et il n'est pas sensé non plus jouer au jeu d'échecs...
Que de suppositions... En tout cas, une chose est certaine : ce jeu appartenait à l'une des deux autorités politiques de la ville, qu'elle soit religieuse ou royale. Le mystère du jeu d'échec est encore loin d'être élucidé...
Retour haut de page