Noyon >

L'Affaire des Placards

Version mobile
English

L'Affaire des Placards

Des affiches qui provoquèrent la fuite de Jean Calvin à l'étranger et marquèrent la rupture entre catholiques et protestants.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'affaire des placards
A l'abri dans une vitrine voici un document dont l'écriture, peu aisée à déchiffrer, rappelle que bien des siècles se sont écoulés depuis son impression. Une simple feuille de papier qui, une nuit d'octobre 1534, a marqué la rupture entre catholiques et protestants.
C'est ce que l'on appelle "L'Affaire des Placards ".
Des placards ? Euh... des armoires où on se cache ?
Non, des placards, du verbe " placarder ", " afficher "
Ah... d'où le lien avec le document imprimé dont vous parlez ?
Exactement. Ces affiches, placardées partout, ont déclenché une terrible polémique. Une grosse " crise " dirait-on aujourd'hui.
Quelle polémique ? Que disent ces affiches ?
Elles critiquent la messe catholique. Et violemment ! On dit même qu'elles auraient été placardées jusque sur la porte de la chambre du roi ! Jusque-là, François 1er tolérait les protestants. Mais après cette nuit d'octobre, il réagit avec une grande dureté et met en place bûchers, et persécutions.
Et Jean Calvin? Il est lui aussi impliqué dans ce que l'on appelle les " idées nouvelles ", non ?
Oui car il s'est laissé gagner par les idées protestantes du moine allemand Martin Luther, et a opéré lui-même sa subita conversio au tournant des années 1532-1533... Menacé comme nombre d'intellectuels, il décide de fuir la France et arrive ainsi à Bâle.
Mais cette fuite a un autre but : se consacrer à l'oeuvre de sa vie, " L'Institution de la Religion Chrétienne ". Un livre qui pose les fondements du protestantisme français. Liliane Galley est présidente de l'Association des Amis du Musée Calvin. Feuilletons avec elle un livre où Calvin évoque justement son désir de se retirer...
C'est un passage à la fin de sa vie où il explique pourquoi il est parti à Bâle. Alors... il écrit : " De mon côté, d'autant qu'étant d'un naturel un peu sauvage et honteux, j'ai toujours aimé recoi et tranquillité. je commençai à chercher quelque cachette et moyen de me retirer des gens ".
Car Jean Calvin est plutôt discret. Pas l'âme d'un leader religieux, bien au contraire...
Jean Calvin était plutôt quelqu'un de timide, qui recherchait beaucoup la tranquillité. C'était quelqu'un qui adorait étudier, passer son temps dans les livres et dans la réflexion - que ce soit à la fois dans la lecture et dans l'écriture -. Ce n'était pas un tribun, c'était quelqu'un qui n'aimait pas spécialement se mettre en avant ni prendre la parole en public.
Jean Calvin, un intellectuel... qui ne cessera de compléter, tout au long de sa vie, son " Institution de la Religion Chrétienne ". La première édition, en 1536, comporte 6 chapitres. La dernière, qui sort en 1559 en compte... 80 ! Depuis la Suisse où il vit exilé, Jean Calvin observera, à distance, les prémices des guerres de religion qui éclateront quelques décennies après sa fuite.
Retour haut de page