Noyon >

Cathédrale -Le Choeur

Version mobile
English

Cathédrale -Le Choeur

Chaque détail architectural montre à quel point ce choeur a évolué et ne cesse de s'adapter.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Choeur
- Hey, pssst...Godeberthe, que se passe-t'il là-haut ?
- - Je ne sais pas exactement cher Saint Eloi, mais il semblerait que les choses bougent dans le choeur... Saint Mumolin, vous avez une idée de ce qui se trame au-dessus de nous ?
- Je crois bien qu'ils sont en train de changer l'autel...
- Encore ?!
-Ce n'est pas possible, c'est en changement permanent, là-haut !
Cachés sous le choeur de la cathédrale, les reliques des évêques de Saint Eloi, Saint Mumolin et de Sainte Godeberthe - patronne de la ville de Noyon - n'ont pas tort : il s'en passe des choses, dans ce choeur ! Au fil des siècles, il n'a cessé d'évoluer, changeant de mobilier et superposant les époques, sans complexes. L'Abbé Montier, archiprêtre de la Cathédrale nous fait un récapitulatif des différentes époques que l'on trouve ici. Il y a d'abord les voûtes qui datent du 12ème siècle et ont été reprises après 1918...
... mais aussi le maître-autel - là où se trouve la réserve eucharistique, l'autel du Saint-Sacrement - qui date du 18e siècle -, et puis enfin l'autel principal, l'autel majeur, qui date lui, du 21e siècle.
Attention, fait rare ! Cet autel à l'allure moderne a justement été consacré en 2010. On ne change souvent pas d'autel. Et pas comme ça. C'est tout un rituel : dépose des reliques sous son socle, onction de la pierre entière, célébration... tout un ensemble de règles que l'évêque applique, étape par étape. Et dans la cathédrale de Noyon, le projet n'a pas été si aisé, ne serait-ce que pour retrouver cette pierre, qui n'était pas là où on l'attendait...
Alors cette pierre d'autel, elle était disposée dans l'une des allées de la cathédrale, devant la statue de Saint Pierre et en fait, selon ce qui avait pu être dit, elle avait été installée au moment de la reconstruction de la cathédrale après la guerre mondiale, où il a fallu combler beaucoup de trous. Et on l'a vite repérée parce que cette pierre avait le sépulcre qui contient les reliques et puis les cinq croix qui sont gravées sur toutes les pierres d'autel et qui représentent les cinq plaies du Christ sur la croix.
Mais cette pierre, ça n'a pas dû être simple de la déplacer ?!
C'était un peu impressionnant comme projet parce que la pierre était encastrée dans le sol et on ne savait pas quelle était son épaisseur. Elle pouvait faire tout à fait 5 cm comme elle pouvait faire 40 ou 50 cm. Là, aujourd'hui, elle fait une quinzaine de centimètres et elle a été relevée, elle fait 600 kilos. Donc il fallait prévoir une structure en bronze... enfin une structure capable de supporter ce poids !
Si le choeur est amené de nouveau à évoluer, espérons que la prochaine fois, le mobilier sera plus léger...  Car, c'est certain, il évolue et évoluera encore au gré des époques, des liturgies, des événements... voici un choeur qui vit !
Retour haut de page