Nevers >

Rue Marguerite Duras

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Rue Marguerite Duras

Dans cette partie de la vielle ville l'atmosphère semble intemporelle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Rue Marguerite Duras
Nevers est poésie, Nevers est imaginaire, voilà une ville qui a su inspirer cinéastes, écrivains et poètes.
Dans cette partie de la vielle ville l'atmosphère semble intemporelle. Et c'est sans peine qu'Alain Resnais venu tourner le film Hiroshima mon Amour pendant l'hiver 1958 trouve ici un cadre inchangé depuis la fin de la guerre.
Avec Hiroshima, c'est la première fois que Marguerite Duras écrit pour le cinéma. Elle évoque Nevers dans le synopsis, de manière très poétique qui renvoie cependant à une réalité qui est toujours celle de la ville. Voici la description qu'elle en fait :
Une voix d'homme posée- citation littéraire : " Délimitée d'une part par la Loire, d'autre part par les Remparts. Nevers peut être mesurée au pas d'un enfant. Nevers "se passe" entre les Remparts, le fleuve, la forêt, la campagne. Les Remparts sont imposants. Le fleuve est le plus large de France, le plus renommé, le plus beau. Nevers est donc délimitée comme une capitale.
Quand j'étais une petite fille et que j'en faisais le tour, je la croyais immense. Son ombre dans la Loire, tremblait, l'agrandissait encore. "
La rue Marguerite Duras débouche sur la place de la république. C'est au numéro 3 de la place que plusieurs scènes du film sont tournées. Enfermée dans la cave, l'héroïne regarde à travers le soupirail. Les pieds des passants et les roues de bicyclette le jour, la place vide la nuit...
" C'est la nuit que je peux regarder la place, alors je la regarde. Elle est immense ! elle s'incurve en son milieu. On dirait un lac "
Une autre rue débouchant sur la place abrite une maison chargée de poésie. La rue Adam Billaut, du nom du poète favori de Marie de Gonzagues. Une plaque indique l'endroit où a vécu ce poète menuisier. Ecoutez, ses quelques vers nous invitent à goûter les vins de la Loire :
Une voix d'homme jeune:
" Aussi-tost que la lumière/ Vient redorer les coteaux / Poussé par le désir de boire / Je visite mes tonneaux
Partons maintenant rue de la Parcheminerie dans le quartier médiéval. Cette rue et les ruelles du quartier ont de drôles d'histoire à nous raconter. Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page