Nevers >

Place des Reines de Pologne

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Place des Reines de Pologne

Reines de Pologne ? De quoi s'agit-il ? Patience.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Place des Reines de Pologne
Reines de Pologne ? De quoi s'agit-il ? Patience. Observez d'abord cette place. Elle est bordée par une aile de l'ancien château de la Gloriette et par le théâtre.
inauguré en 1823. Ce petit théâtre à l'italienne remporte un franc succès dès son premier lever de rideau. Désormais la vie culturelle locale s'articule autour des représentations. Elles occupent toute la soirée, dès 19 h. On y donne en général une pièce en cinq actes puis une autre en trois actes ! Ecoutons un journaliste de l'époque.
Journaliste nasillard. Chaque entracte a été accompagné, particulièrement dans les galeries supérieures, de son indispensable pique-nique : on s'enthousiasme, on banquette et on applaudit...
Ceci dans des conditions de travail difficiles pour les artistes puisque le chauffage de la scène n'a pas été prévu. L'on s'imagine facilement l'importance que peut revêtir, certaines nuits d'hiver, le poêle du foyer des artistes autour duquel ils se pressent, entre chaque scène, pour réchauffer leurs doigts gelés ou décrisper leur visage contracté. Le public a même eut l'occasion de les voir jouer une pièce de Racine, un manteau de fourrure passé sur leurs péplums !
Et les reines de Pologne dans tout ça ? Continuons notre tour de la place avec le château de la Gloriette.
Il est construit par Louis de Gonzague et son fils Charles pour aménager des appartements privés. Il n'en subsiste que l'aile de la duchesse et sa jolie lucarne.
Le château est le refuge de Catherine de Lorraine, femme de Charles, et de ses filles Marie et Anne.
Marie, en digne héritière de sa grand-mère Henriette de Clèves, est très belle et raffinée, mais sa vie sentimentale est mouvementée.
Elle attire l'attention de Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, mais Marie de Médicis s'oppose à leur mariage. Marie est ensuite la maîtresse de Cinq-Mars, grand écuyer de France et favori de Louis XIII.
Pour échapper aux intrigues parisiennes, Marie se réfugie souvent à Nevers où elle tient salon.
Un homme voix un peu pincée : " Après la conversation qui se tenait dans le cabinet de la Princesse Marie, il n'y avait plus rien à désirer en ce genre-là. Toutes choses y étaient honnêtes et agréables ; la belle raillerie s'y mêlait avec le doux et le sérieux, et la médisance et toutes autre sorte de licence en étaient bannies. (...) la lecture des bons livres y trouvait son temps, aussi bien que la piété solide. "
Marie finit par trouver son Amour en épousant le roi Ladislas IV de Pologne en 1645. Elle part vivre à Varsovie accompagnée d'une enfant, Marie de la Grange d'Arquian, qui deviendra reine à son tour en épousant 30 ans plus tard le maréchal Sobieski, roi de Pologne.
Les voici nos Reines de Pologne !
Partons maintenant dans le registre de l'inspiration artistique. Nous avons rendez vous avec Marguerite Duras...sur les traces d'Hiroshima mon Amour...Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page