Nevers >

La rue de la Porte du Croux

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

La rue de la Porte du Croux

Nevers, ville des plus prospères, brille par son raffinement !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La rue de la Porte du Croux
? la fin du 16 siècle, cette rue est située en plein coeur du quartier des faïenciers. C'est le duc Louis de Gonzague qui favorise l'installation des verriers puis des faïenciers. Nevers, ville des plus prospères, brille par son raffinement ! Un homme de plume de l'époque en fait ainsi l'hommage à Louis de Gonzague :
il lit en même temps qu'il écrit : Prince, Parmi les hommes qui procurent la célébrité aux villes, il faut compter les ingénieux artistes en toute sorte d'arts. C'est ainsi que les artistes habiles dans le travail de la verrerie, de la poterie et de l'émaillure, appelées par vos ordres ou attirés par l'immunité des impôts, ont su produire d'excellents ouvrages, non moins utiles à nos concitoyens qu'admirables aux yeux des étrangers !
Les faïenciers s'installent dans cette zone située entre les deux enceintes de la ville. Ici ils trouvent encore des espaces libres. Ils peuvent aussi accéder facilement aux portes de la ville et aux rives de la Loire. Un grand gaillard de faïencier revient justement du fleuve. Mais où va-t-il ?...
Faïencier sympathique au parlé direct : Eh, dans mes ateliers, pardi ! Je les ai installés dans une ancienne auberge que je loue. Pourquoi ?... Parce que les auberges ont des grandes cours et que c'est bien pratique pour entreposer tout mon matériel et mon four !
En pleine expansion au 17e siècle, les faïenceries possèdent des noms savoureux car souvent elles gardent l'appellation des auberges qui les ont abritées. Certains ateliers conservent ainsi des appellations religieuses comme : Bethléem ou encore Image Notre Dame. D'autres ont des noms majestueux tel le Lion d'Or ! Et dans cette rue, l'atelier du Bout du Monde, savez-vous pourquoi il s'appelle comme ça ? Parce qu'il est situé près de la Porte du Croux ! Une porte qui autrefois marque la limite entre deux mondes : celui de la ville -l'univers civilisé- et celui de la campagne...
Fondé en 1648, l'atelier du Bout du monde détient le record de longévité des faïenceries de la ville. En 1875, Antoine Montagnon y relance la production artistique. Et lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1889, il est qualifié de restaurateur de la faïence à Nevers. Cet atelier est le dernier héritier des anciennes manufactures nivernaises.
Aujourd'hui, 4 maîtres faïenciers perpétuent la tradition et le savoir faire de cet artisanat d'art. Un conseil : partez dans la ville à la recherche de leurs créations d'exception !
Partons maintenant pour une promenade dans un écrin de verdure, près des remparts ! Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page