Nevers >

L'abbaye Notre Dame

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

L'abbaye Notre Dame

Au début du 7e siècle, elle s''nstalle entre la première enceinte de Nevers et le petit ruisseau de la Passière. Juste à l'emplacement présumé du martyre de Saint Révérien, décapité en 274.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'abbaye Notre Dame
Plusieurs chantiers de fouilles archéologiques débutés en 2003 ont permis de connaître l'histoire de l'abbaye.
Au début du 7e siècle, elle s'installe entre la première enceinte de Nevers et le petit ruisseau de la Passière. Juste à l'emplacement présumé du martyre de Saint Révérien, décapité en 274.
Imaginez, son esprit s'échappe de l'église et plane sur la ville. Ecoutons-le :
Saint Révérien : Chers amis, au Moyen Age l'abbaye Notre Dame était protégée par la seconde enceinte de la cité. Elle s'étendait sur un vaste espace qui allait de la muraille jusqu'à la rue Saint Genest. Elle rassemblait l'église abbatiale Notre Dame et un petit édifice dédié à Saint Genest. On y trouvait aussi les bâtiments du couvent avec leurs dortoirs, leurs réfectoires, leur cloître et de grands jardins. En ce temps-là, l'abbaye accueillait des religieuses vivant selon la règle de Saint Benoît. Mais chut ! écoutez...
Il chuchotte : Il est 4 heures du matin et le premier office commence ! Comme chaque jour, les abbesses vont s'adonner à la prière, au travail intellectuel et manuel. Leurs seules récréations : des promenades dans l'enclos. Une ? heure. Pas une minute de plus ! A 18 heures, souper avant leur coucher à 20h.
Les abbesses appartiennent à de grandes familles nivernaises. Soucieuses de défendre leurs prérogatives et d'étendre leur domination, ce sont des femmes de pouvoir.

Voix de conteur : On raconte qu'au début du 14e siècle, le Pape Jean 22 entreprend un voyage d'Avignon jusqu'à Orléans. Il s'arrête à Nevers. La mère abbesse lui demande s'il lui serait permis de confesser ses religieuses. Le Pape embarrassé répond qu'il va réfléchir à la question. Il lui confie une boîte fermée lui recommandant de ne pas l'ouvrir. Mais... Passant outre l'interdiction... elle soulève le couvercle ! Et ... l'oiseau qui était à l'intérieur s'envole. C'est ainsi que le saint homme n'aura pas besoin de justifier son refus !
Femmes de têtes, les abbesses étaient aussi de saintes femmes. Par exemple au 17ème siècle l'abbesse Claudine de Gamache. A l'âge de 7 ans elle entre ici en pension pour apprendre à lire. Elle devient religieuse, et est élue abbesse avant l'âge requis. Par humilité elle refusera d'en prendre le titre avant 30 ans. Elle veillera avec zèle et sagesse sur sa chère communauté qu'elle quittera en 1642... pour le cimetière de l'enclos.
L'abbaye connaît des heures plus sombres avec la Révolution française. Elle sert alors de prison pour les prêtres sexagénaires et infirmes. Puis pour les prêtres réfractaires ...
Aujourd'hui, elle connaît des heures plus douces, et ses murs accueillent le musée municipal de la faïence.
Partons maintenant rue de la Porte du Croux l'ancien quartier des faïenciers. Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page