Nancy : sur les traces du Duc Stanislas >

Place de la Carrière

Version mobile
English Deutsch

Place de la Carrière

La place Carrière est conçue dans le même esprit que la place Stanislas.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La place Carrière est conçue dans le même esprit que la place Stanislas. Observez les grilles, on y retrouve le coq français et la couronne de Lorraine. Et les lettres d'or ? Le " S " et le " L " ? Vous devinez ? ce sont les initiales de Stanislas et Louis 15.
Oubliez les arbres, les grilles, les bâtiments bien alignés et retrouvez-vous au coeur du 16 e siècle. La place est alors un grand manège qui sert pour les tournois, les joutes et les exploits équestres, d'où son nom de Carrière.
C'est Stanislas qui fait embellir la place au 18 e siècle. Comme pour la Place d'Alliance, il fait reconstruire les façades à l'identique. Les maisons des plus riches sont à droite car la lumière du soleil se pose sur elles l'après-midi. Ceux qui sont moins aisés devront se contenter de l'ombre, à gauche...
Mais l'histoire de Nancy ne se résume pas seulement au 16e et 18e siècle. ? la fin du 19e à Paris, les artistes nancéiens et lorrains brillent par leurs talents dans la capitale.
Anna de Noailles, la célèbre femme poète, donne un dîner en leur honneur. Aidée de son majordome, elle dresse son plan de table.
Anna : Je crois que je vais placer Edmond Goncourt à mes côtés. Nous parlerons littérature... Vous avez connu feu son frère Jules ?
Le majordome : J'ai eu la chance de le croiser dans d'anciennes maisons où j'ai servi autrefois, Madame...
Anna : Deux écrivains formidables ... Il faudrait leur consacrer un jour un prix ou une académie... Le prix Goncourt, ça sonnerait bien, non ? ... ? ma gauche Maurice Barrès. Nous fêterons comme il se doit son entrée à l'Académie française... Là ?... Marcel Proust et près de lui notre coqueluche à tous : Emile Gallé, notre cher verrier nancéien... Vous avez bien disposé ses oeuvres sur la cheminée comme je vous l'ai demandé?...
Le majordome : Oui, Madame...
Anna : Parfait, j'en offrirai à chacun de mes convives. Marcel en raffole ! Il compare les verres de Gallé à des Veines de neige durcie ...
Le majordome : Vous savez que M. Gallé a offert un grand vase orné de clématites à M. Verlaine ?
Anna : Ah, oui ?...
Le majordome : Et on raconte que dès le lendemain, Verlaine l'avait vendu contre quarante absinthe !
Anna : Des fleurs lui auraient fait moins de mal !...
Le Palais du Gouvernement est achevé par l'architecte Richard Mique, qui, plus tard, réalisera le Hameau de Marie Antoinette au petit Trianon à Versailles.
C'est là que réside le Gouverneur de Nancy nommé par Louis 15. C'est lui qui détient les pleins pouvoirs sur la ville.
Henri Claude, Professeur d'Histoire de l'Art à l'Ecole Nationale des Beaux Arts, évoque les rôles du Gouverneur et de Stanislas :
" La diplomatie internationale s'arrange pour que le rôle de Stanislas paraisse plus important qu'il ne l'est en réalité. C'est la France qui a le pouvoir. Et celui qui représente la France, c'est un intendant nommé Antoine Chaumont de la Gallaizière . Il est à la fois Intendant de Lorraine et Barois pour la France, et aussi Chancelier et Garde des Sceaux de Stanislas Lezczinsky .
Il va diriger la police et les affaires ce qui permettra à Stanislas de s'adonner à ses plaisirs : l'architecture, l'art des jardins et une réflexion philosophique sur le pouvoir des maîtres des lumières... "
A la mort de Stanislas, les lorrains vont devenir français
" Les Lorrains étaient de longue tradition française. Ils le savaient. Ils étaient tournés vers la France même si leurs Ducs, eux, avaient plus de relations avec l'Empire autrichien.
Les Lorrains se préparaient donc à devenir Français. Cela dit, il n'était pas du tout près à abandonner leur passé, leur culture pour se fondre dans une plus grande nation, c'est-à-dire la France... D'ailleurs, il y a eu des chansons satiriques qui ont été créées à ce sujet au XVIIIe siècle et ont couru jusqu'au XIXe. En voilà un exemple :
Oh, mon Dieu quelle culbute
Après nos Ducs quelle chute
Monseigneur de La Gallaizière lère lère lère lan la
Que ne laissais-tu à Meudon
Ce roi qui n'a que de nom
Monseigneur de la Gallaizière ! "
Admirez une dernière fois la perspective architecturale qui s'offre à vous jusqu'à l'Hôtel de Ville. Imaginez qu'au 16e siècle, la place Stanislas est un terrain vague et que là où se tient l'Arc de Triomphe dédié à Louis 15, se dressent alors les remparts Sud de la Vieille Ville...
Retour haut de page