Nancy à vélo >

Jarville

Version mobile
Deutsch

Jarville

Le directeur du musée de l'histoire du fer - domaine de Montaigu nous propose de revenir aux sources.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans le parc du château de Montaigu à l'arrière de l'édifice...
Edouard Salin : Mes amis, je me présente : Édouard Salin, dernier propriétaire des lieux et aussi ingénieur métallurgiste, archéologue, homme de Lettres, scientifique et collectionneur d'objets en fer !
J'ai vu le jour en 1889 dans une famille de maîtres de forge, et me suis passionné pour l'archéologie dès 1908. Grâce à mon esprit curieux, je suis devenu Président de la Société d'archéologie Lorraine et du Musée historique lorrain, ainsi que membre de l'Académie des inscriptions et belles lettres. A ma mort en 1970, j'ai légué ce château à la ville de Nancy, et cédé le terrain pour la construction du musée de l'Histoire du fer contre... 1 franc symbolique !
N'hésitez pas à traverser le parc pour rejoindre Jean-Luc Remy, le directeur du musée de l'histoire du fer - domaine de Montaigu. Il nous propose de revenir aux sources. On y va ?
Le fer, en tant que produit sidérurgique, apparaît pour la première fois au 15ème siècle avant notre ère aux confins de l'Irak et de la Turquie actuelle. Et cette technique se diffuse très rapidement dans l'ensemble de la civilisation antique. Elle permet notamment de produire des armes et des outils beaucoup plus résistants et tranchants que les outils en bronze, en alliage cuivreux antérieurs.
La renaissance marque ensuite une étape capitale...
Tout à fait. C'est une deuxième étape très importante dans l'histoire des techniques. C'est l'apparition du haut-fourneau probablement en Belgique au tournant du 15ème siècle de notre ère cette fois. Cette technique permet d'avoir une fonte de fer qui apparaît à ce moment. Et permet de produire en grande quantité des objets semi moulés, coulés et des produits semi industriels tels que les lingots qui seront ensuite travaillés dans des forges.
Et bien sûr, la révolution industrielle
Au début du 19e siècle, d'importantes découvertes en Angleterre permettent une diffusion en Europe de techniques qui seront à la base de l'industrialisation lourde du 19e et du 20e siècle. Ce sont essentiellement les machines à vapeurs qui actionnent les soufflets et les batteries de laminoir, voire le marteau-pilon un peu plus tard. Toutes ces techniques sont utilisées dans nos usines au 19e et au 20e. Elles servent encore aujourd'hui à produire des matériaux dont nous nous servons tous les jours, comme les rails du TGV actuels ou des moteurs des voitures actuelles qui sont toujours en alliage ferreux.
Jean-Luc Remy nous conduit vers le jardin du musée. En empruntant la sortie, on croise un immense coq !
C'est un coq en tôle de fer et armature d'acier qui a été réalisé par les ouvriers de la sidérurgie de Longwy en grève dans les années 70.
Une fois dans le jardin, un petit bout d'escalier de la Tour Eiffel nous attend !
La tour Eiffel a été produite à partir de minerais lorrains dans les usines au nord de Nancy. Ce tronçon a été donné au musée de l'histoire du fer par la société nouvelle d'exploitation de la Tour Eiffel aux débuts des années 80, et il est exposé spécialement, dans sa région d'origine.
Retour haut de page