Namur, vallées d'art et de traditions (Wallonie) >

Floreffe, abbaye et festival

Version mobile
English Néerlandais

Floreffe, abbaye et festival

L'abbaye de Floreffe domine la Sambre. Elle a une position stratégique dans la défense de la ville.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Floreffe, devant l'ancienne abbaye
A 50 mètres d'altitude sur son promontoire, l'abbaye de Floreffe domine la Sambre. Elle a une position stratégique dans la défense de la ville de Namur face aux puissants voisins. Elle est crée à la demande des comtes de Namur par Norbert de Gennep, le fondateur de l'ordre des Prémontrés. Ici, contrairement à d'autres abbayes, les chanoines s'installent dans un secteur déjà habité.
" Les prémontrés ne sont jamais appelés moines... "
Le Père Jean Lombet, ancien professeur du séminaire de Floreffe
" Ce sont des chanoines réguliers, des religieux. D'ailleurs, les gens de Floreffe en parlaient, ils ne disaient pas moines, ils disaient 'des religieux'. Ils avaient une règle de vie, la règle de St Augustin. Ils avaient une vie communautaire, et ils avaient l'office de nuit, les matines, les laudes, jusqu'à vêpres y compris. Normalement les religieux quittaient l'abbaye et ils allaient desservir un certain nombre de paroisse ".
En 1429, le comté de Namur passe aux mains des Bourguignons. L'abbaye est alors victime des conflits armés fréquents. Ses fermes sont souvent pillées. A partir du 16ème siècle, Floreffe retrouve peu à peu la paix. Elle se reconstruit au 18ème. C'est à cette époque que l'édifice prend cette allure classique.
A la révolution, l'abbaye est livrée au pillage. La région est devenue française. Tous les établissements religieux disparaissent. Les chanoines sont expulsés.
30 ans plus tard, en 1819, Floreffe devient le petit séminaire du diocèse de Namur. Aujourd'hui, l'établissement scolaire accueille chaque année 1700 élèves, de la maternelle jusqu'au secondaire.
L'ancienne abbaye est donc l'endroit idéal pour étudier. Mais chaque été, pendant trois jours, l'ambiance est à la fête.
Depuis 2002, le festival Esperanzah réunit des musiciens du monde entier.
" Dans les années septante, il y avait ici un festival très connu aussi qui s'appelait le temps des cerises ".
Jean Yves Lafineur, directeur du festival Esperanzah
" A l'époque j'étais gamin. Et j'en avais gardé un souvenir extraordinaire. Et donc quand j'ai décidé un festival, pour moi, c'était évident de le refaire ici à l'abbaye pour essayer de retrouver cette ambiance qui est liée notamment aux murs, aux jardins, aux cours de l'abbaye. Les artistes se donnent très fort ici parce que justement il y a une âme dans ce lieu. Ils en parlent entre eux et on a de plus en plus d'artistes qui ont envie de venir ici".
extrait Manu Chao
" Y'a un moment absolument inoubliable et qui est presque un rêve d'enfant c'est d'avoir pu accueillir ici Manu Chao. Il a fait la fête avec nous. Y'avait plein d'amis à lui qui étaient là. C'était une belle rencontre ".
Retour haut de page