Le musée Saint Remi >

La salle d'histoire militaire

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

La salle d'histoire militaire

Reims au coeur des grands rendez-vous de l'Histoire de France

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La salle d'histoire militaire.
Vous êtes à présent dans la salle d'histoire militaire. Deux millénaires de guerres et de batailles y sont résumés.
Casques, baïonnettes, ou encore uniformes : dans cette salle, on est au plus près des soldats qui ont marqué l'Histoire. De la guerre des Gaules à la guerre franco-allemande de 1870.
Reims a toujours été au coeur des grandes batailles.
Pour preuve, l'histoire rocambolesque du tableau devant vous :
" la Charge du 9ème cuirassier dans Morsbronn " d'Edouard Detaille.
La scène se passe durant la guerre de 1870 contre la Prusse.
MacMahon subit d'importants revers en Alsace. Il se replie dans la région de Reichshoffen.
Acculé, il demande à ses cuirassiers de se sacrifier. Ils chargent dans ce village et sont décimés. Mais la diversion a fonctionné, il a permis aux troupes françaises se dégager.
Un acte de bravoure peint par Detaille en 1874. Mais le souvenir de la défaite est encore trop frais. Le tableau disparaît. Jusqu'à ce qu'en 1989, une galerie parisienne propose à Marc Bouxin, le directeur du musée, un tableau de Detaille représentant une charge de cavalerie.
Je reçois l'ektachrome,
une sorte de négatif de l'oeuvre.
et je me dit ce n'est pas possible, à ma grande stupeur je reconnais le fameux tableau disparu.
Le tableau, acheté par un collectionneur américain en 1874 avait été légué à l'université de Philadelphie. Puis il avait été racheté par la fondation Guggenheim à New York qui s'apprêtait à le mettre en vente aux enchères.
On a pu le récupérer à temps et ainsi faire revenir au pays une des oeuvres majeures de cette période. Il faut savoir qu'à ce moment-là, l'état major de Napoléon et de Mac Mahon se trouvait ici à Reims au château de Courcelles.
C'est donc de Reims que ces combats héroïques furent initiés.
Autre épisode marquant : la bataille de Reims, évoquée au fond de la salle.
C'est en fait la dernière victoire de l'Empereur Napoléon Ier, le 13 mars 1814.
Au matin du 13 mars, Russes et Prussiens, qui occupaient Reims, croient Napoléon en retraite sur Paris. Marc Bouxin.
Le général en chef russe avec tout son état major fait donner un te deum à la cathédrale de Reims en fin de matinée pour célébrer sa victoire. Et en pleine cérémonie, on entend bruits de canonnades, donc surpris, en fait c'est Napoléon qui revenait...
Après d'âpres combats en deux temps, Napoléon fait son entrée dans Reims vers minuit sous l'acclamation de la foule munie de flambeaux.
" Il faisait si clair qu'on aurait pu ramasser une aiguille ", dira ainsi le capitaine Coignet dans ses Mémoires.
Malheureusement Reims sera pour Napoléon 1er, " le dernier sourire de la fortune ", une expression que l'on doit au général Marmont.
Car la ville est reprise par les Russes le 19 mars. Le prince Volkonsky est nommé gouverneur.
Retour haut de page