Le musée Saint Remi >

L'évolution de la sculpture champenoise - salle 26

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch Italien

L'évolution de la sculpture champenoise - salle 26

Le talent des moines, tailleurs de pierre

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La sculpture médiévale.
Parlons sculpture à présent.
Vous l'avez sans doute remarqué : il y a des centaines de raisons de s'émerveiller dans ce musée.
Chapiteaux, reliefs, statues : la sculpture est reine dans cet ensemble abbatial.
Et si ces oeuvres romanes font la fierté du musée St Remi, c'est surtout parce qu'elles ont été réalisées sur place par un atelier de sculpture installé dans l'abbaye même.
Il fut créé en 1130 par l'abbé Odon afin d'embellir l'église et l'abbaye.
En filigrane il faut évoquer les prétentions de l'abbé Süger de Saint-Denis dont l'église était nécropole royale et qui voulait s'emparer de la Sainte Ampoule. Odon réplique en revendiquant aussi le rôle de nécropole royale pour Saint-Remi !
" Pas question ! ", répond Odon. L'abbé a de la suite dans les idées, comme nous le raconte Marc Bouxin, le directeur du musée.
Pour appuyer la chose, il a fait réaliser à son atelier de sculpteurs, deux grandes statues quasi grandeur nature représentant les deux derniers rois carolingiens Louis d'Outremer et Lothaire qui étaient inhumés dans le choeur de la basilique. Et finalement, le roi a coupé la poire en deux : St Remi conserve la Ste Ampoule et st Denis est restée la nécropole royale.
Les moines portent la sculpture au firmament en réalisant de véritables pièces d'orfèvrerie.
Regardez par exemple ce tronc de pierre dans la dernière vitrine à droite. Les nervures de l'arbre semblent réelles. Et dans les noeuds, des petits visages, d'une minutie exceptionnelle. La guide conférencière Christiane Corgié en est toujours ébahie.
Ils vont travailler cette pierre que nous avons dans la région. C'est une pierre qui va permettre de faire des ouvrages extrêmement délicats qui s'approchent de l'ivoirisme, en fin de compte.
Jetez un oeil aux fragments de l'église St Nicaise, vendue comme bien national à la Révolution ou de l'abbaye St Thierry. Ce sont les quelques vestiges qui ont pu être sauvés de la destruction.
Parmi les nombreuses pièces à admirer : un miracle de St Remi. Il exorcise une jeune fille et le diable s'échappe de son corps.
En parcourant la salle, les siècles défilent.
Quatre vierges vous attendent à la sortie. Ecoutons Christiane Corgié
Vous avez ici quatre sculptures extrêmement représentatives de cet art de la renaissance, avec les doigts très effilés, les rubans qui sont noués sur le ventre et puis vous avez ces plis, ces manches qui sont absolument magnifiques.
Des sculptures issues de l'école troyenne.
Le drapé rappelle d'ailleurs celui de la mise au tombeau, visible dans la basilique.
Retour haut de page