Musée du Nouveau Monde de La Rochelle >

Saladier aux esclaves

Version mobile
Espagnol English

Saladier aux esclaves

Parcours d'un négrier rochelais

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Saladier aux esclaves
Que faut-il penser de ce " saladier aux esclaves " qui semble glorifier le " beau travail des îles de l'Amérique " ?
C'est un objet tel qu'on en voyait dans les riches maisons d'armateurs et de planteurs au 18ème siècle...
...comme dans l'hôtel Fleuriau où nous sommes...
Nous reviendrons à Aimé-Benjamin Fleuriau mais observons d'abord cet objet qui décrit le travail des esclaves dans une plantation.
En haut, des noirs cueillent la canne à sucre.
Les esclaves n'ont pas de visage bien définis, ils sont en quelques sortes déshumanisés.
Au milieu, le contremaître les fait travailler au bâton.
On ressent toute la domination de l'homme blanc, soigneusement coiffé et habillé, armé d'une épée, qui mène par la force 6 hommes noirs obéissants et dénudés.
En bas, près des cases, c'est un noir, chargé de surveiller une équipe, qui soumet un autre noir à coups de fouet.
Aimé-Benjamin Fleuriau, propriétaire de l'hôtel particulier au 18ème siècle a probablement déjà vécu ce genre de scènes.
Regardez ces décors autour de vous, ces miroirs. J'ai fait fortune dans les plantations de canne à sucre. Et je suis parti de rien, moi ! Endetté en plus !
A la mort de son père, Aimé-Benjamin Fleuriau hérite... de dettes. Le raffineur de sucre de La Rochelle a été ruiné par la concurrence anglaise. C'est un jeune homme humilié qui rejoint son oncle Paul à Saint-Domingue.
Paul Fleuriau va apprendre à Aimé-Benjamin le travail. Il va lui apprendre le pays.
Jean-Luc Labour, historien local, est parti sur les traces de Fleuriau en Haïti.
Mener un groupe d'esclaves au travail, la culture de la canne, la récolte, extirper le jus, faire cuire, etc. jusqu'au moule de sucre terré  qu'on envoie après en métropole.
Une très bonne formation. A la mort de mon oncle, je peux gérer son exploitation puis acheter mes propres terres et mes propres esclaves. Je profite aussi de la construction de Port-au-Prince pour faire de belles opérations immobilières. Les dettes sont remboursées, je suis riche.
Et donc il va rentrer en France au bout de 26 ans, il s'installe ici. Il s'est marié avec une fille de famille bordelaise très aisée et il va lui faire 6 enfants.
6 enfants qui s'ajoutent à 8 enfants qu'il a eus d'une esclave noire dans les îles. Fleuriau suit le parcours typique des planteurs de canne à sucre du 18ème siècle. Il ne lui manque plus qu'un titre de noblesse. Jean-Luc Labour.
A l'époque, sous Louis XVI, on peut acheter des charges anoblissantes. Fleuriau va faire des pieds et des mains pour ça ! Ca lui coûte les yeux de la tête et il obtient la charge anoblissante de trompette de la chambre du roi. C'est donc monsieur DE Fleuriau qui se promène dans les rues de La Rochelle et que tout le monde salue chapeau bas.
Y compris au bras de deux de ses filles noires. Deux filles qu'il a fait venir en métropole pour leur éducation.
Ce saladier raconte décidément une drôle d'époque...
Retour haut de page