Musée du Nouveau Monde de La Rochelle >

Moi égale à toi, moi libre aussi

Version mobile
Espagnol English

Moi égale à toi, moi libre aussi

L'abolition de l'esclavage en pleine Révolution française

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Moi égale à toi, moi libre aussi, Simon-Louis Boizot,1794
Vous avez sous les yeux un biscuit de porcelaine représentant un homme et une femme noirs. La femme porte une équerre autour du cou, symbole d'égalité. L'homme montre son bonnet phrygien, en signe de liberté.
On est donc en 1848 : l'abolition de l'esclavage en France...
Non, nous sommes en 1794 ! En pleine Révolution française. L'esclavage a donc été aboli deux fois en France ?
Oui, Napoléon Bonaparte le rétablit entretemps en 1802 en tant que 1er consul. Pour bien comprendre la 1ère abolition, revenons quelques années en arrière.
" Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. "
C'est ce que proclame l'Assemblée constituante de 1789. Mais ce n'est pas valable pour tout le monde.
Malgré un combat de longue date, mené par Montesquieu...
" L'esclavage n'est utile ni au maître ni à l'esclave "
...Jean-Jacques Rousseau ...
Ces mots, esclavage et droit sont contradictoires, ils s'excluent mutuellement.
...Mais aussi par Condorcet, l'abbé Grégoire et bien d'autres...malgré tout, les Noirs des îles restent esclaves et ne le supportent pas.
A la fin du mois d'août 1791, dans la plaine du nord de Saint-Domingue, 50 000 esclaves prennent les armes.
L'historien Marcel Dorigny s'intéresse de près aux abolitions de l'esclavage.
La France révolutionnaire se retrouve en guerre contre toutes les puissances maritimes, guerre qui se transpose dans les Caraïbes en quelques semaines seulement. Les puissances étrangères, Angleterre et Espagne envahissent la colonie par la terre et par la mer.
Dans ce contexte si particulier, le commissaire de la République Léger Félicité Sonthonax envoyé à Saint-Domingue n'a pas le choix. Il proclame l'abolition de l'esclavage le 29 août 1793.
Abolir l'esclavage, c'est transformer les 500 000 esclaves de la colonie en défenseurs de la République et c'est ce qui va se passer. La colonie va devenir imprenable par les Anglais et les Espagnols. Les esclaves savent très bien que si les Anglais reprennent la colonie, ils vont rétablir l'esclavage.
Cette décision contrainte par les circonstances est accueillie avec enthousiasme 6 mois plus tard en métropole. La Convention abolit l'esclavage par acclamation comme le raconte Marcel Dorigny.
Quand le décret d'abolition de l'esclavage a été voté à Paris le 4 février 1794, il y a eu des fêtes sur le territoire français. Dans les couches moyennes et moyennes supérieures, les catégories qui lisent, elles sont nombreuses au 18ème siècle qui sont sensibilisées à ce grand débat intellectuel qu'est celui des droits de l'homme, l'existence de l'esclavage était intolérable.
Simon-Louis Boizot, franc-maçon, fait partie de ces militants qui ont combattu l'esclavage. Il célèbre l'abolition, à sa manière, en réalisant cette oeuvre pour la manufacture de Sèvres.
Et pour le petit monde rochelais qui vit du commerce triangulaire ? C'est sûrement une catastrophe.
Oui et la ville entre d'ailleurs dans une longue période de stagnation économique. Les commerçants rochelais travaillaient presque exclusivement avec Saint-Domingue. Or, l'île gagne son indépendance en luttant justement contre le rétablissement de l'esclavage. Contrairement à Bordeaux et Nantes, La Rochelle ne pratiquera plus la traite.
Retour haut de page