Les Chefs d'oeuvres du Musée Condé >

Paysage avec deux Nymphes et un serpent

Version mobile
English

Paysage avec deux Nymphes et un serpent

Un ciel bleu profond adouci de nuages blancs, des collines à perte de vue, entrez dans la nature verdoyante et enchanteresse de Nicolas Poussin

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Un ciel bleu profond adouci de nuages blancs ;
Des collines à perte de vue ;
Entrez dans la nature verdoyante et enchanteresse de Nicolas Poussin ;
Laissez vos yeux parcourir cet immense paysage, typique de la campagne romaine.
Remarquez la forteresse, sur le promontoire, à gauche, et à droite, les grands arbres : deux éléments qui encadrent le paysage.
Un chemin guide le regard du promeneur du pied des arbres jusqu'au fond du panorama.
Avez-vous vu le personnage au bord du plan d'eau en plein milieu du tableau ?
Sa petite taille montre qu'il est très loin de nos deux nymphes et donne un effet de profondeur au paysage. >
Voix de curieux incrédule
< Très bien, c'est un magnifique paysage, mais le titre parle de deux nymphes et d'un serpent. Pourquoi sont-ils si petits, si bas dans le tableau ? On les voit à peine !
Sans doute parce que l'artiste s'intéresse surtout ici à la nature, mais le paysage n'est pas un genre majeur à la fin du XVIIème siècle.
Le peintre le mieux considéré est celui qui représente des scènes historiques. Et c'est justement la spécialité de Poussin.
Ah bon ! Grâce aux nymphes et au serpent, le paysage devient peinture d'histoire ?
Exactement>< Les nymphes évoquent la nature chez les grecs et donnent un sens mythologique au tableau.
Mais qu'est-ce que cela raconte, deux nymphes amusées par un serpent ?
On ne le sait pas vraiment. Le serpent rappelle le motif d'une célèbre mosaïque à Palestrina, près de Rome. Les contemporains de Poussin savaient à quelle scène mythologique se référer ; sans doute des textes qu'on ne lit plus aujourd'hui. Pour cette raison, les oeuvres de Nicolas Poussin sont souvent difficiles à déchiffrer au XXIème siècle.
Voix d'homme
" De la main du peintre ne doit sortir aucune ligne qui n'ait été formée auparavant dans son esprit. " ...aurait dit Nicolas Poussin. >
< C'est selon ce précepte qu'il a peint de magnifiques scènes tirées de la mythologie ou de l'histoire sainte. Vous en verrez quelques-unes, ici, au musée Condé. Les paysages tels que celui-ci, font plutôt partie des ses dernières réalisations
Retour haut de page