Les Chefs d'oeuvres du Musée Condé >

Les Très Riches heures du Duc de Berry, fac-similé

Version mobile
English

Les Très Riches heures du Duc de Berry, fac-similé

C'est l'un des manuscrits les plus célèbres et les plus précieux au monde. Il n'est que rarement exposé, parce que la lumière et les manipulations risquent de l'abîmer

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les Très riches heures du duc de Berry, c'est l'un des manuscrits les plus célèbres et les plus précieux au monde.
Il n'est que rarement exposé, parce que la lumière et les manipulations risquent de l'abîmer. Et un livre de plus 500 ans, c'est fragile !
L'écrivain italien Umberto Eco a écrit de ce parchemin :
Voix d'homme
" Les Très riches heures sont un objet extraordinaire parce que, oeuvre ouverte, elles encouragent mille différents itinéraires de l'imagination. "
Pourquoi ce manuscrit est-il si important ? La réponse d'Emmanuelle Toulet, conservateur de la bibliothèque du château de Chantilly.
C'est un manuscrit exceptionnel, par sa richesse iconographique : il comprend près de 60 enluminures, souvent en pleine page, des oeuvres d'une qualité exceptionnelle. C'est un manuscrit qui a été peint sur près de cent ans, au cours du XVème siècle et sur lequel plus de 5 artistes majeurs de cette époque sont intervenus. >
Les livres de dévotion tels que les très riches heures étaient très en vogue au XVème siècle, mais celui-ci est une véritable encyclopédie sur la vie quotidienne à la fin du Moyen-âge ! >
Et jusqu'en 1450, date de l'invention de l'imprimerie, tout cela était fait à la main.
Aux textes saints, les artistes ont rajouté dans les " Très riches heures du duc de Berry ", un calendrier représentant les travaux du mois en cours.
Sinon, n'hésitez pas à consulter le CD-Rom présenté sur les ordinateurs. >
Voix de conteur
Le travail débute en 1411 avec les trois frères Limbourg, originaires des Pays-Bas. Ils ont déjà achevé 35 grandes enluminures, quand la peste frappe. Les trois artistes meurent, tout comme le commanditaire, le duc de Berry. mais le travail va continuer...
L'oeuvre passe ensuite entre les mains d'un Flamand, qui travaille pour la famille d'Anjou, puis en Savoie, en Flandres, où l'on perd sa trace. > On ne la retrouve qu'au XIXème siècle, en Italie !
C'est là que le duc d'Aumale l'achète en 1856 et c'est grâce à lui que le Château de Chantilly possède aujourd'hui ce fameux manuscrit.
Retour haut de page